Analyse de la brève en 12 points

Publié le par Sully

Mes Frères,

 

Nous nous sommes livrés à un exercice d'analyse de texte de la brève de Monsieur Stifani.
Cet exercice décortique la technique de désinformation, manipulation de notre ex-Grand Maître.
Tous ses courriers relèvent des mêmes ressorts : y compris celui d'hier et celui d'aujourd'hui.

 

 

Charles un frère de base qui assiste à un grand naufrage qui n'en finit pas.

 

 

 

Mise au point sur la situation de la GLNF
Analyse de texte de la brève en 12 points de Mr Stifani.
Ou “Le Stifani pour les nuls”
du 20 septembre 2011
 
 


1
Suspension temporaire des relations avec la GLUA 
En précisant “temporaire” F. Stifani donne une indication : il sait que la suspension va être durable. Il cherche à masquer cette information dont il sait qu’elle le fragilise. Nous allons le démontrer.
 
• Les Faits
– La GLUA s’est inquiétée des désordres internes à la GLNF et s’en est émue auprès du GM.
"La GLUA s’est inquiétée , ...émue ... " Le vocabulaire employé pour désigner la demande de la GLUA semble bien faible. Il y a bien quelque chose d’autre qui a du être dit pour que F. Stifani en vienne à présenter ses audits.
– La GLNF a indiqué à la GLUA les causes de ces différends et lui a transmis plusieurs mémoires sur la situation y compris les rapports d’audit indiquant l’ absence d’anomalies et d’irrégularités dans la gestion de la GLNF et la parfaite probité de ses dirigeants.
La GLUA, parfaitement informée, savait que F. Stifani était commanditaire des audits et auteur des mémoires.
– Le Grand Chancelier de la GLUA a répondu par un courrier laminaire ne prenant pas en compte les éléments transmis.
En général, quand on coupe court à un dialogue, c’est que l’on sait que l’on perd son temps et que rien ne peut ressortir du dialogue. Connaissant un peu le flegme britannique, il a du falloir beaucoup de thé pour faire déborder la tasse. Le Grand Chancelier s’est peut-être rendu compte que F. Stifani le prenait pour un imbécile et répondait à côté des questions.
– Le 14 juillet, la GLNF a pris la décision de suspendre à titre temporaire ses relations avec la GLUA.
JC Tardivat a écrit à F. Stifani pour lui dire qu’il savait que sa lettre était antidatée. F. Stifani n’a rien démenti.
Son pseudo courrier démontre le peu de cas qu’il fait de la reconnaissance de la GLUA. Ce faisant, il s’est fragilisé auprès des frères qui sont attachés à cette reconnaissance. Il s’est accroché à son mensonge et continue de s’enferrer. Il préfère défendre son mensonge que de conserver l’appui des frères qui y tiennent. Il lui faut donc leur masquer la gravité de la situation.
Le 14 Juillet, c’est en fait la GLUA qui a annoncé sa décision de suspendre ses relations avec la GLNF compte tenu du fait que F. Stifani n’a pas remis son mandat au SGC le 21 Juin comme promis. La GLUA a compris que les promesses de F. Stifani ne valent rien.
– Le 14 septembre, la GLUA a confirmé sa décision de suspendre à titre temporaire ses relations avec la GLNF sans toutefois opérer le retrait de la reconnaissance.
Quand on dit à quelqu’un qu'on suspend les relations avec lui, c’est la façon élégante de lui dire qu'on ne veut plus le voir. Ceci évite de se lancer dans une polémique interminable, rend l’information plus douce à celui auquel on risque de faire de la peine.
F. Stifani a essayé d’enfoncer un coin entre les plus hautes personnalités de la Franc-maçonnerie Anglaise. Sa manoeuvre stupide a été démasquée. La GLNF et derrière lui l’ensemble des Frères en subiront les conséquences.
• La position de la GLNF
– La suspension des relations n’implique en rien un retrait de la reconnaissance.
Bis. Ce n’est pas parce que cette phrase est la même que celle qui précède que ça rend le propos plus vrai. L'insistance pourrait même presque sembler suspecte.
.– La GLUA nous a fait part de son désarroi face à la situation interne de la GLNF préférant suspendre ses relations.
Voici ce qu’on appelle un déni ET une manipulation. Ceci n’est pas une position de la GLNF, c’est un fait. Si on place cette phrase dans la rubrique “position de la GLNF” c’est bien que l’on est dans de l’interprétation, c’est une façon de tenter de reprendre le contrôle de la décision de l’autre.
– Nous respectons cette position même si nous n’en partageons pas la pertinence.
Mr Stifani aurait pu écrire : “Nous respectons cette position même si nous ne la partageons pas.” Il pense nécessaire d’ajouter l’idée qu’il ne la trouve pas pertinente. Il respecte d’un côté et ne reconnaît pas à son détracteur la légitimité de la pertinence de ses décisions. Il exprime une sorte de vision supérieure qui lui permettrait de qualifier et juger cette décision. Il se pose en juge alors qu’il est jugé. Il démontre une fois de plus son art d’inverser les rôles.
Ce pauvre homme pense que cela ne se voit pas.
 
François Stifani est allé très loin dans la manipulation de ses interlocuteurs anglais. Il a l’intention de durer jusqu’en 2017, c’est pour cela qu’il sait que la suspension va être très très longue et qu’il le masque.
NB : En “langage Stifani” dites exactement l’inverse de ce que vous savez.
 

 

 

2
Suspension temporaire des relations avec certaines Grandes Loges étrangères
• Les faits
– Certaines Grandes Loges étrangères se sont inquiétées des désordres internes à la GLNF.
Ce qui vient d’être élaboré pour le “gros morceau” que sont les anglais, il s'apprête à mettre toutes les autres Grandes Loges dans le même panier d’un coup.
– Elles ont décidé la suspension de leurs relations avec la GLNF face au discrédit qui frappe la Franc-maçonnerie en général.
F. Stifani reconnaît qu’il y a bien un discrédit pour la Franc-maçonnerie en général. Il admet ceci comme un fait et ne le dément pas ensuite. A-t’il bien compris que le discrédit qui porte sur la Franc-maçonnerie est provoquée par la GLNF et sa gouvernance ?
 
• La position de la GLNF
– La suspension des relations n’implique en rien un retrait de la reconnaissance.
Ter...troisième fois que cet argument est servi. De plus en plus suspect...
– Les Grandes Loges étrangères nous font part de leur désarroi face à la situation interne de la GLNF.
Ceci est un fait et non une position de la GLNF
– Elles insistent sur le fait qu’elles sont harcelées de sollicitations des contestataires visant à accepter d’accueillir des Loges de la GLNF.
Le fait et non la position GLNF est que des frères nombreux ont demandé asile auprès de nos voisins. Harcellement voudrait dire que chaque frère l’aurait demandé plusieurs fois. Un contestataire conteste sur son terrain. Un frère qui recherche un abri ne conteste pas, il fuit le champ de bataille, il essaye de protéger sa Loge du chaos provoqué par F Stifani et sa gouvernance.
– Certaines d’entre elles ont, dès lors, suspendu leurs relations tout en souhaitant une normalisation rapide de la situation à l’intérieur de la GLNF.
C’est un fait et non une position GLNF. Les Grandes Loges essayent autant que faire ce peut de ne pas faire d'ingérence dans la GLNF.
– Nous respectons cette position qui concerne tout particulièrement les Grandes Loges frontalières de la France même si nous n’en partageons pas la pertinence.
F Stifani juge tous ses paires, éhontément.
NB : En “langage Stifani” renversez les rôles, tout le monde n’y verra que du feu.
Il reprendra dans le point 12 que 180 Grandes Loges reconnaissent encore la GLNF.
NB : Nous recommandons aux 3 dernières Grandes Loges qui le reconnaîtront de faire bien attention. F Stifani fera sur eux une pression du diable pour qu’elles ne le lâchent pas. Ca sera pénible pour elles. Elles se mettront par ailleurs en marge de la maçonnerie internationale. Aucune d’entre elles n’a intérêt à être la dernière.
 

 

 

3
La mise en place d’un Grand Conseil
Monsieur Stifani prévient qu’il peut y avoir d’autres Grands conseils si les décisions ne sont pas les bonnes, c’est à dire non conformes à sa volonté. Il montre une fois de plus la concentration à sa main du pouvoir.
• Les Faits
– La situation actuelle pour déplaisante qu’elle soit a permis l’accélération du chantier voulu par le GM de modernisation de la gouvernance de la GLNF par des évolutions statutaires et fonctionnelles.
La situation actuelle est déplaisante : euphémisme ou litote ? La situation actuelle est catastrophique.
Mr Stifani veut aller tellement vite dans  ses réformes qu’il effectue les réformes statutaires sans passer par l’article 18 des statuts qui stipule que les statuts ne peuvent être modifiés qu’en Assemblée Générale extraordinaire à la majorité des ⅔ des présents.
Il reprend le contrôle de la Gouvernance de l’association en concentrant un peu plus les pouvoirs. Notons que l’Administrateur Judiciaire, en ne s’opposant toujours pas, ouvre une brèche supplémentaire dans sa propre autorité. Mr Stifani prend toutes les décisions qu’il veut, dont il compte faire porter la responsabilité par l’administrateur.
– Depuis plus de deux ans, des groupes de travail ont planché tant au niveau national qu’au niveau provincial en mobilisant des centaines de Frères afin de réfléchir à ces évolutions.
F. Sitani induit ici l’idée que ce Grand Conseil est issu du travail collégial de centaines de Frères. Il leur fait dire qu’ils ont conclu qu’il fallait encore plus concentrer les pouvoirs alors que TOUTES leurs conclusions étaient inverses.
– Une des conclusions retenues est à la fois structurante, adaptée à la situation actuelle et facile à mettre en oeuvre. Elle a consisté en la mise en place d’un Grand Conseil composé de Frères très expérimentés et assurant une gouvernance collégiale de la Grande Loge sous l’autorité et la Présidence du Grand Maître.
La gouvernance est collégiale, MAIS l’ex GM assure l’autorité. En bon joueur de bonneteau, il reprend au passage le terme de Président, qu’il avait un peu négligé ces derniers temps. Il réussit la prouesse de passer de la présidence d’un conseil d’administration à celle d’un Grand Conseil (d’administration). L’Administrateur laisse faire.
– Le premier Grand Conseil a été nommé en date du 24 août. Composé de 15 membres (dont le GM), il a immédiatement commencé ses travaux.
Quand était l’Assemblée générale permettant tout ceci ?
• La position de la GLNF
– La mise en place du Grand Conseil constitue le témoignage tangible et immédiat de la volonté de modernisation institutionnelle.
Rapides en besognes lui et ses complices qui ont accepté cette transgression statutaire au nom de la modernisation. Les autres sont des rétrogrades.
NB : En “langage Stifani” plus le fait est gros, plus il imagine qu’il va passer inaperçu.
 

 

 

4
Les Audits réalisés sur la GLNF : absence d’irrégularités
Les rapports commandités par F. Stifani se bornaient à vérifier des additions. A ma connaissance, après avoir eu des rapports partiels, FMR, curieusement, vient juste d’avoir des rapports incomplets de Maître Legrand. De quels rapports parlez-vous Monsieur Stifani. Laissez nous les moyens d’apprécier la justesse de vos propos. Pouvons nous disposer des rapports et des grands livres ? S’il vous plait...
• Les Faits
– Un certain nombre de Frères a mis en doute la régularité des comptes sociaux de l’association GLNF et des sociétés, fonctions et associations liées.
Toutes les sociétés et organisations mettent en place naturellement des contrôles. Ce sont normalement des moyens mis en oeuvre pour vérifier que personne n’a commis d’erreur. Toutes les parties acceptent cette règle du jeu car chacun sait que l’erreur est humaine. F. Stifani, extrêmement réactif, prend la demande de contrôle pour du dénigrement.
– Cette campagne de dénigrement a entraîné le placement sous administration judiciaire de la GLNF.
Il faudrait savoir si c’est F. Stifani, dans un geste de majesté, qui a demandé un administrateur ou si c’est le dénigrement qui a forcé la décision. Il finit par se contredire...
– Afin qu’aucun doute ne puisse subsister :
• Des audits complets (financiers, juridiques, sociaux) ont été pour certains commandités par le Conseil d’administration, pour d’autres ordonnés par la justice civile.
• L’association a été mise sous administration ad hoc.
• Le Grand Maître a démissionné de sa fonction de Président du conseil d’administration afin qu’on ne puisse en aucune manière mettre en cause les conditions de réalisation des audits.
• In fine, tous les audits qui ont été rendus ont conclu sans réserve à la bonne gouvernance, à la véracité et la régularité des comptes.
On n’a pas encore vu les audits finaux. Ce n’est pas en faisant des grands moulinets de manches qu’on a une réponse aux questions légitimes que nous avons posées depuis plus d’un an.
• La position de la GLNF
– Après 18 mois d’audits complets, aucune malversation, aucune irrégularité, aucun manquement à la gouvernance n’a été relevé. Toutes les rumeurs sur de soi-disant irrégularités ou saisines de juridictions se sont avérées infondées.
Nous aimerions voir l’ensemble des audits... Si cela n’est pas trop vous demander... pardon...
Mr Stifani, comment expliquerez vous demain, que sans budget voté depuis 2009, vous avez pu engager des dépenses de transports à l’étranger, que l’on peut observer sur le document GLNF101 que vous avez publié sans autorisation légale, pour un montant qui n’a pas été approuvé, par un moyen de diffusion qui a rendu publique l’appartenance maçonnique de 43.000 frères ?
Les irrégularités que vous nous donnez à voir aujourd’hui continuent de nous laisser avoir un doute sérieux sur la régularité d’hier.
Laissez nous nous faire notre idée... donnez nous tous les chiffres...
NB : En “langage Stifani” mille affirmations valent mieux qu’une présentation de preuves indiscutables.
 

 

 

5
La situation des effectifs de la GLNF
• Les Faits
– Les rumeurs font état de départs massifs en cours de la GLNF.
– En réalité, depuis deux ans et en dépit de la situation que connait la GLNF, les effectifs ont cru de plus de 3000 frères pour dépasser les 43 000 membres.
– Sur la période des 12 derniers mois (exercice 2010/2011), la GLNF a subi 2457 démissions à comparer à 2345 démissions au cours de l’exercice 2009/2010 et 2048 au cours de l’exercice 2008/2009.
– Sur la période des 12 derniers mois (exercice 2010/2011), la GLNF a initié 3788 profanes à comparer à 4443 au cours de l’exercice 2009/2010 et 3835 au cours de l’exercice 2008/2009
On peut constater que l’hémorragie s'accroît pendant que les flux entrant diminuent. Continuez sur cette tendance jusqu’en 2017. Mr Stifani votre stratégie du nombre trouve manifestement sa limite.
• La position de la GLNF
– L’appétence maintenue de la GLNF en dépit de la déstabilisation dont elle fait l’objet démontre d’une part la validité de la proposition spirituelle et d’autre part la bonne tenue de l’immense majorité des Frères de la
GLNF qui souhaite que le fonctionnement de l’obédience ne souffre pas.
Les Frères agissent pour l’intérêt de leur Loge. Donc ils continuent de faire entrer des profanes. L’obédience est la 5eme ou la 6eme de leurs priorités. L’”offre spirituelle”, pour fermer votre page marketing et business sordide, n’est pas amenée par l’obédience qui n’est qu’un outil administratif, mais par les Rituels dans les Loges.
NB : En “langage Stifani” le commerce n’est jamais très loin.
 

 

 

6
La justice pénale fait son oeuvre contre les meneurs du discrédit et de la diffamation
• Les Faits
– La GLNF a porté devant la justice pénale les actes de diffamations dont elle est victime.
– La portée des actes de diffamation est considérablement amplifiée par les moyens technologiques modernes (blog, emails, forum internet).
– La justice pénale a déjà rendu deux condamnations distinctes pour diffamation publique au bénéfice du Grand Maître le 28 juin 2011.
Mr Stifani n’a pas publié les minutes du jugement. Etonnant. Sa victoire éblouissante est elle si éclatante ? Ceci donnera lieu à un article spécifique dans très peu de temps.
– Cela confirme que les méthodes utilisées par les opposants à la gouvernance de la GLNF et leurs relais dans la presse écrite sont inqualifiables et illicites.
• La Position de la GLNF
– Malheureusement, le temps judiciaire est plus lent que le temps internet.
Ce spécialiste en sait quelque chose et feint de s’en plaindre.
– Néanmoins, les actions en justice sont en cours et finiront par rétablir la vérité.
C’est très clair.
– Plus globalement, la situation actuelle a mis en évidence la nécessité de prendre en considération la rupture technologique fondamentale que constituent internet et les réseaux sociaux ; ce que Thomas W. Jackson, secrétaire exécutif de la XIème conférence des Grandes Loges Régulières énonçait publiquement en mai avec force et clarté « la FM régulière s’approche d’une crise dans son fonctionnement
au regard des empiètements de certaines organisation irrégulières (…) nous observons que l’une des principales causes de l’augmentation des incidents réside dans la propagation rapide de la désinformation
sur internet (…) »
Le Secrétaire exécutif parlait de l’émergence de Loges irrégulières sur le plan mondial. La phrase est donc sortie de son contexte et détournée.
La phrase complète était “ Nous devons reconnaître qu’une des causes majeures de nos problèmes, qui vont croissant, repose sur la diffusion rapide de la désinformation via Internet, mais nos  nombreuses plaies s’auto-infectent soit par des Frères ignorants des faits ou des règles maçonniques, soit par des chefs aux égos surdimensionnés.”
Certains arrivent à cumuler les deux.
NB : En “langage Stifani” cherchez toujours le morceau de texte qui manque après les points de suspension... il cache souvent ...de la désinformation...
 

 

 

7
Le calendrier judiciaire
• Les Faits
– Par un jugement du 07 décembre 2010, le TGI de Paris a invalidé les assemblées générales tenues en octobre 2010 qui avaient voté les comptes et le budget de l’association. Cette décision a entraîné la mise sous administration judiciaire de l’association.
Dans le point 8 Mr Stifani déclamera sa gloire d’avoir abandonné sa fonction pour garantir la régularité des audits... Il manque parfois de suite dans les idées.
– La GLNF a fait appel de cette décision.
Ce ne devrait plus être la GLNF mais l’administrateur pour le compte de la GLNF qui aurait pu faire appel. Dans les faits c’est Mr Stifani qui a fait appel alors qu’il n’était plus Président. Ca va nous intéresser de savoir qui prend en charge les dépenses judiciaires de cet appel. Madame Legrand éclairera certainement les prochains officiers de police judiciaire...puisque nous semblons ne pas avoir droit à des réponses à nos questions
– Le délibéré de la cour d’appel était attendu pour le 24 juin. Il a été reporté au 01 juillet puis, pour des motifs de pure procédure, à l’audience de mise en état du 08 septembre, la Présidente de la Cour a décidé que cette affaire viendrait à l’audience du 18 octobre pour dépôt des dossiers (sans plaidoiries).
C’est l’expert en procédures qui nous le dit.
– L’arrêt sera rendu fin novembre 2011.
Le jugement du 7 Décembre 2010 est toujours exécutoire...
• La position de la GLNF
– Le temps judiciaire n’est pas le temps internet.
Il sait l’internet rapide et la justice lente.
Pour autant, nous attendons impatiemment mais sereinement le délibéré de la cour d’appel.
Il est posté sur son terrain de combat. Il attend la suite pour mettre en oeuvre les nouvelles arguties qui vont continuer de lui faire gagner du temps après le délibéré. N’oublions pas que son objectif est de tenir jusqu’en 2017. Il nous prévient ...fraternellement.
– Dans l’intervalle, les mesures ont été prises pour assurer le fonctionnement de l’association en collaboration étroite avec l’administrateur judiciaire.
L’administrateur lui a laissé les pouvoirs de nomination et de sanction, c’est à dire les outils de tout pouvoir. Il peut donc faire ce qu’il veut de la future assemblée générale.
– En tout état de cause, les modalités d’organisation de l’assemblée générale civile dépendent totalement de l’arrêt de la cour d’appel de Paris.
Comprendre : le secrétaire du Grand Conseil (d’Administration) donnera ses ordres en temps utiles à l’administrateur. 
NB : En “langage Stifani” recherchez toujours ce qui se cache sous le... mot.

 

8
La démission du Président du Conseil d’administration
• Les Faits
– Un certain nombre de Frères a mis en doute la régularité des comptes sociaux de l’association GLNF et des sociétés, fonctions, associations liées.
– Cette campagne de dénigrement a entraîné le rejet du vote sur la validation des comptes et le placement sous administration judiciaire de la GLNF.
– Afin qu’aucun doute ne puisse subsister, des audits complets (financiers, juridiques, sociaux) ont été commandités pour certains par le Conseil d’administration, pour d’autres ordonnés par la justice civile.
Il cherche à entériner encore une fois une pseudo dichotomie entre la fonction de Président et le rôle de GM.
– Le Président du Conseil d’Administration a démissionné de sa fonction et ces audits, souhaités par le Grand Maître, ont été diligentés à la demande de Maître Legrand. On ne peut mettre en cause les conditions de réalisation de ceux-ci.
• La Position de la GLNF
– La décision du GM est courageuse, légitime et aurait été considérée dans le cadre de n’importe quelle situation équivalente touchant une entreprise privée comme relevant d’une grande probité et d’un grand sens de l’éthique et des responsabilités.
– Au lieu d’être saluée comme telle par les fauteurs de troubles, elle a été instrumentalisée pour tenter de façon absurde de prétendre que le Grand Maître n’était, dès lors, plus le Grand Maître.
Ce chapitre, qui est une redite de ce qui précède, a pour objectif unique de saluer la Gloire de Mr Stifani, son courage, sa légitimité, sa probité, son éthique et son sens des responsabilités. Son dévouement et son sacrifice s’opposent à l’absurdité et l’instrumentalisation des fauteurs de trouble.
NB : En “langage Stifani” amusez vous à inverser tous les termes... c’est facile et amusant, le jeu pitoyable du “c’est celui qui le dit qui y est”. Tout cela n’est pas très digne.
 
9
Remise du mandat au Souverain Grand Comité
• Les Faits
– Par courrier à destination de l’ensemble des FF en date du 14 avril 2011 complété par un courrier du 07 mai, M François STIFANI, GM, a annoncé qu’il allait remettre son mandat de Grand Maître au Souverain
Grand Comité.
– La date du 27 juin avait été choisie initialement afin de pouvoir prendre en compte le délibéré de la cour d’appel de Paris relative à la validité de l’assemblée générale d’octobre 2010.
– Malheureusement, la cour d’appel a reporté le rendu de sa décision à fin novembre…
Juste à cause d’une erreur de procédure ...la faute à pas de chance.
• La Position de la GLNF
– Il serait à l’évidence impossible de désigner sereinement un Grand Maître sans savoir si l’assemblée générale d’octobre 2010 qui avait voté les comptes 2009 et le budget 2010 est finalement validée ou pas.
Quelque soit le cas, l’élection du prochain GM ne se fera pas dans la sérénité.
L’ex GM a menti en promettant la remise de son mandat. Il cherche à masquer son mensonge.
– Le GM a donc décidé de sursoir à la convocation du Souverain Grand Comité en attendant le délibéré de la cour d’appel.
– Néanmoins, cela ne freine en rien les travaux et les réflexions sur la modernisation institutionnelle de la GLNF comme en témoigne, pas exemple, la mise en place d’un Grand Conseil fin août 2011 qui assure désormais une direction collégiale de l’obédience.
Sa promesse mensongère lui a donné le temps de mettre en place illégalement et au mépris des statuts, l’outil de gouvernance mis à sa main qui “shunte” tous ceux qui étaient en place.
NB : En “langage Stifani” une petite procédure avec un gros mensonge permet de lancer, en la masquant, une action illégitime, une sorte de double négation : moins par moins donnerait plus. Prenez des leçons mes frères.
 
10
De la double appartenance
• Les Faits
– Des personnes mal intentionnées tentent de convaincre les Frères de devenir membre d’une nouvelle obédience maçonnique non régulière.
Si Mr Stifani parle de l’ULRF, ce qu’il se garde bien d’écrire, il sait pertinemment qu’il s’agit d’une association qui n’est pas une obédience.
Rappelons que la GLNF n’est plus régulière depuis que son GM s’est entre autres immiscé en politique et qu’il a pris des positions sur le plan religieux avant sa démission.
– Pour convaincre des Frères naturellement hésitants, ils affirment qu’ils ne perdraient pas leur lien d’appartenance à la GLNF (et donc leur régularité) et ils leur promettent que cette nouvelle obédience sera bientôt la Grande Loge régulière reconnue comme telle en France.
• La Position de la GLNF
– L’analyse juridique est limpide
• « les statuts de l’association contractée font la loi des parties » (cass) ;
• Nos constitutions précisent que :
• « tout Frère s’interdit de participer à des réunions, tenues ou travaux non ouvertes au public, d’une association maçonnique non reconnue comme telle par la GLNF »
Cet article des constitutions a été battu en brèche dans un jugement en date du 2 octobre 2001, rendu par la 3ème chambre civile du Tribunal de Grande Instance de NICE. Ce jugement a fait l’objet d’un appel, déclaré irrecevable suivant ordonnance en date du 18 avril 2002, du conseiller de la mise en état de la 1ère chambre A de la Cour d’Appel d’AIX en PROVENCE.
 
• « Aucun Frère ne peut adhérer à une Grande Loge régulière sans l’autorisation préalable du grand maître de la GLNF » (art 10.2§5)
– Il n’est donc pas possible à un Frère, membre de la GLNF, d’appartenir à une autre association maçonnique (à l’exception des juridictions amies, reconnues comme telles par la GLNF), sans l’autorisation préalable du Grand Maître.
Nous rappelons à celui qui se fait passer pour un GM qu’il a démissionné. Cet article s’effondre à cause de l’article précédent.
 
11
De la régularité
• Les Faits
– Les fondateurs d’une toute nouvelle obédience affirment que « il n’existe plus, depuis une période récente, de Grande Loge reconnue dans notre pays »
Répéter le mot “obédience” ne rend pas le mensonge plus vrai.
La GLNF n’est plus reconnue par une liste tous les jours plus grande de pays.
– La GLNF est et a toujours été une Grande Loge régulière, en effet la régularité est une notion objective dont nous respectons toujours les critères.
Presque tous les critères... tout juste la moitié.
• La Position de la GLNF
– Il parait inutile d’ insister sur l’ineptie du sophisme entretenu.
C’est un expert en sophismes qui le dit.
Pourtant il ne s’agit pas d’un sophisme c’est un fait : la GLNF n’est plus ni régulière ni reconnue. 
– On rappellera utilement que la nouvelle obédience créée ne peut –elle- en aucune façon prétendre à la régularité en ce qu’elle viole dans les conditions même de sa fondation le 5ème critère de la régularité : La Souveraineté
• « Une grande Loge régulière doit avoir une juridiction souveraine sur les Loges placées sous son contrôle. Elle doit être un organisme responsable indépendant , autonome, seul qualifié pour diriger l’Ordre et les degrés symboliques de son Obédience (Apprenti, Compagnon et Maître). Elle ne doit être ni subordonnée à un Suprême Conseil ou à une autre Puissance revendiquant un contrôle ou une autorité sur ses degrés, ni partager son autorité avec de tels organismes »
Pour mémoire le SCPLF a écrit le 2 Aout “L’issue de cette crise et le destin de la Franc-maçonnerie régulière française appartiennent aux Frères de la GLNF et ne dépendent que de leur seule volonté d’action, nonobstant toutes décisions profanes.”  
– Or les obédiences actuellement en formation sont portées sur les fronts baptismaux par le Grand Chapitre Français ou le Suprême Conseil pour la France du REAA….
Nous n’avons plus ici une obédience mais des obédiences. Le singulier ne faisait pas assez peur, F Stifani se précipite sur un pluriel la phrase suivante en y associant ses meilleurs ennemis : les juridictions. Il inverse encore les rôle en se faisant passer d’agresseur à agressé.


12
De la reconnaissance internationale
• Les Faits
– Les fondateurs d’une toute nouvelle obédience affirment que « il n’existe plus, depuis une période récente, de Grande Loge reconnue dans notre pays »
– La reconnaissance est une notion subjective.
Subjective pour F Stifani mais très objective pour chaque Grande Loge qui ne reconnaît plus la GLNF.
– A ce jour, plus de 180 grandes loges reconnaissent la GLNF comme une Grande Loge régulière.
La subjectivité ne concerne que les Grandes Loges qui ne le reconnaissent pas. Les 180 autres Grandes Loges qui n’ont par encore retiré leur reconnaissance ne sont pas subjectives.
Au rythme ou vont les choses, il ne devrait plus en rester qu’une ou deux fin 2011.
– La suspension des relations avec quelques Grandes Loges n’entraînent en rien la rupture de la reconnaissance de ces Grandes Loges.
Quater. Quatrième fois que l’argument refroidi est réchauffé. Mr Stifani a réellement un caillou dans son escarpin.
• La Position de la GLNF
– Des personnes mal intentionnées instrumentalisent la suspension par quelques Grandes Loges de leurs relations avec la GLNF pour tenter de justifier d’une perte de régularité de la GLNF.
Qui est mal intentionné au juste ? Qui insrtumentalise ? Ne se répéterait-il pas un peu ?
– Outre le fait que cette position ne résiste pas un instant à l’analyse, il convient de rappeler à nouveau que certaines Grandes Loges ont décidé de suspendre leurs relations avec la GLNF en grande partie par crainte d’une contagion du désordre en leur sein se disant littéralement harcelées par des anciens FF de la GLNF.
Maintenant ce sont les anciens Frères de la GLNF qui harcèlent les Grandes Loges. S’ils sont anciens Frères, ils n’ont rien à demander à celui qui n’est même plus leur ex-ex-Grand Maitre.

En conclusion :

Cette copie est médiocre. Elle ne résiste pas à une lecture normale. Les arguments sont faibles, confus, contradictoires, redondants. La structure n’est pas rigoureuse.

Deux points inquiêtent particulièrement Mr Stifani : la perte de la reconnaissance et l’émergence de l’Union.

Nous allons très bientôt étudier de très près le GLNF 101...notre équipe d’avocats aussi. Des Frères, un peu partout en France sauront obtenir des réponses à nos questions en faisant appel, au besoin, à la Justice.

Commenter cet article

Comité René Guénon 30/09/2011 19:46


Mon Frère Charles,
Merci pour ce travail de titan... Peu de Frères ont encore le courage de lire simplement le moindre propos du sieur F.S., alors en faire un commentaire de texte, c'est dire...
Pour ce qui est du Comité René Guénon, tous ses membres se sont contentés de parcourir cette brève d'un derrière distrait...
Un Maître Maçon régulier et fongible du Comité René Guénon


Charles 30/09/2011 20:52



Ca ne mérite pas beaucoup mieux effectivement



Shalom 28/09/2011 11:31


Mes frères,

F.S, comme nous l'avons déjà dit est un pervers narcissique.

Dans tous les écrits qu'il produit, il faut avoir une lecture en négatif (comme le négatif d'une photo).

Tout ce qui est blanc doit être lu en noir et inversement.

De plus, il convient toujours dans la période actuelle, d'avoir à l'esprit que FS est un juriste qui ne cesse de monter des dossiers et de construire de toute pièce des éléments en sa faveur.

Les deux lettre qu'il vient de produire (aux FF et à M° L) n'ont pas d'autres objectifs que de prouver sa bonne foi et de démontrer que ses opposants ne le sont pas afin de produire ces éléments à
la justice pour l'influencer en sa faveur.

Tout ce qu'il reproche à ses adversaire n'est pas autre chose que ses propres intentions (ambition, pouvoir, argent, scission, récupération des hauts grades etc) projetées sur l'autre.

Il a monté de toute pièce les moyens d'empêcher la réunion du 28 tout en prétendant vouloir qu'elle ait lieu afin, une fois de plus, de démontrer sa "bonne foi" et la mauvaise foi de ses
adversaires.


Je continue de penser que le seul bras de levier efficace, face à ce bourbier insoluble, est la voie juridique.
Il faut que le parquet soit sollicité à chaque occasion de le faire.

C'est le seul langage que FS comprenne et si la peur le gagne (lui ou d'autres de son entourage), il va nécessairement commettre des impairs.

La tentative de démission de M° L est un signe important que nous sommes capables d'ébranler le système et probablement de le renverser.

Bon courage à tous et tenez bon, nous sommes avec vous, il n'y a pas qu'à Paris qu'on résiste Mossieu F.S. la France profonde est peut-être plus à craindre car vous ne savez pas où elle se
situe!
Un frère lorrain
Shalom, Salam, Pax Vobis


Charles 28/09/2011 12:07



Mon Frère,


Tous les leviers légaux sont bons.


L'appel à la Loi en est un. Il y en a une multitude d'autres.