Conscience contre violence

Publié le par Sully

Mes Frères,

 

Comment ne pas vous inviter à lire l'article "Conscience contre violence" que viennent de publier nos Frères du Myosotis Lutèce ?

 

Et comment ne pas vous inviter à profiter de cette période estivale pour lire le livre du même titre de Stefan Zweig sur le combat solitaire mené par Sébastien Castellion face à la dictature instaurée par Calvin dans la Genève réformée ?

 

Par analogie, et cela est souligné de fort belle manière par nos Frères de Lutèce, cette oeuvre littéraire à portée universelle founit une grille de lecture particulièrement pertinente quant à la crise que traverse notre obédience.

 

"Tuer un homme, ce n'est pas défendre une doctrine, c'est tuer un homme" avait écrit Sébastien Castellion. Cette seule phrase passée à la postérité devrait, dans son évidence lumineuse, nous renvoyer à notre miroir et à nos propres actes.

 

Au fil des pages superbes du livre de Zweig nous voyons comment Calvin, au nom d'une idée fort louable qu'est la Réforme, prend progressivement le contrôle tyrannique de la ville de Genève dont il veut obstinement faire le centre mondial de la nouvelle religion. La nouvelle Rome. Il s'ensuivra près de trois siècles de stérilité intellectuelle et artistique absolue pour cette ville autrefois joyeuse et féconde...

 

D'autres, aux moyens intellectuels notoirement plus limités mais aux ambitions insensées, ont perdu toute lucidité, ont dévoyé les principes, l'esprit et les règles de la Franc-Maconnerie et ont sombré dans le despotisme absolu en voulant faire de la GLNF la première obédience de France...

 

Je ne reviendrai pas sur les points soulignés par nos Frères de Lutèce. J'ajouterai seulement que nous voyons bien au fil du récit de Zweig comment une idée, humaniste et libératrice à son origine, se vide peu à peu de son contenu pour devenir elle-même ce qu'elle dénonçait et combattait à son origine. Les mots n'ont pas changé, mais les pratiques ont dérivé jusqu'à l'inacceptable.

 

La terminologie et la gestuelle symbolique que nous pratiquons dans notre obédience n'ont pas changé non plus. Nous débitons à longueur de journée du Frère, du TCF et du BAF, du fraternellement, nous nous embrassons à tour de bras sans même nous connaître, etc... et nous ne nous sommes pas rendu compte au fil des années que le sens profond de tous ces mots, de tous ces gestes, s'est vidé au vu des pratiques constatées au sein de notre association. Les mots sont même devenus le paravent et la justification de ce que nous étions précisement venus combattre en nous-même.

 

De ce point de vue, ce Myosotis a toujours dit que chasser la direction actuelle de l'obédience était bien évidemment une nécessité absolue. Mais nous avons également souvent répété que cela ne suffirait pas, et qu'il convenait également d'entreprendre une réflexion approfondie sur ce que sont nos valeurs, l'éthique à laquelle nous souscrivons et l'idéal auquel nous aspirons. Non pas tant dans la définition même de ces dimensions, mais dans leurs conditions d'application concrète au sein de notre Fraternité.

 

"Avec le temps, la vie s'avère toujours plus forte qu'une doctrine abstraite" écrivait Stefan Zweig.

 

Or c'est précisemment de cela dont nous parlons. Car la vie c'est la liberté de penser, de s'exprimer et d'écrire. C'est la condition sine qua non de la dignité de l'homme comme celle de son progrès et de son épanouissement. Et c'est bien dans cette démarche que s'inscrivent ou devraient s'inscrire tous les Maçons.

 

"Etre dans la vie" au sens où l'exprimait Nietzsche. Voilà une exigence qui devrait guider nos pensées et nos actes. Et nous renvoyer également aux enquêtes sur les impétrants et à notre politique de recrutement passée, en se gardant bien, par un retour de balancier, de faire de nos Loges autant de clubs élitistes fleurant bon l'intellectualisme de salon.

 

Cultivons l'humilité, la sincérité, le doute et le respect des Frères.

 

Fraternellement,

 

 

 

Commenter cet article

jean peux plus 12/08/2011 14:32


bonjour
certes ! mais il faut aussi que les hommes soient au centre de l'idée, par conséquent c'est la FM de proximité qui ne ne devra pas être oubliée au détriment salutaire des soirées des dames à la
noix où seul les frères et épouses ayant certains moyens pouvaient accéder. ça c'est de la FM de salon.
plus jamais ça svp.
ça fait des années que les hospitaliers ne font plus rien et pourtant......
tbf du sud ouest


Sully 12/08/2011 14:49



Vrai aussi mon Frère.



Jean 12/08/2011 13:04


Voilà qui est dit et bien dit.La Souveraineté des LL est la condition nécessaire et indispensable, pierre de fondation de la nouvelle structure à accoucher. Bien sûr,le VM chef de l'ordre,
véritable chef par la volonté de ses FF de la Loge c'est aussi bien entendu plus aucun pouvoir pour les "autres" que l'on connait aujourd'hui, fruits gâtés d'un système à bout de souffle et c'est
vrai que ne plus mettre son cul à l'Orient ça peut causer de grandes douleurs muettes.Nous, nous installerons notre VM suivant les anciens usages par un ancien VM qui plus est membre fondateur de
notre RL, elle est pas belle la vie!


Sully 12/08/2011 13:06



Ce devrait être la pratique usuelle. C'est simple pourtant.