Dans l'intérêt des Frères

Publié le par Sully

Mes Frères,

 

Permettez-moi d'emprunter le titre de cet article à un receuil de Rudyard Kipling pour vous présenter un texte reçu de notre Frère Marc de Bastia. Les passions sont maîtrisées, les questions pertinentes, et il fait appel à l'intelligence des Frères. Dans leur intérêt.


Fraternellement,

 

De l’ignorance de la gestion politique au cynisme

 

Quand nous sommes entrés en maçonnerie, nous étions tous de petits «  Martin Luther King »  et nous avions un rêve. Qu’est devenu ce rêve ? Certains diront ils continuent, les yeux remplis par le marchand de sable, d’autres s’éveillent sans savoir vraiment où ils sont, tellement endormis depuis si longtemps, et il reste ceux comme moi qui ont vu leur rêve transformé en cauchemar et qui attendent toujours le Prince Charmant pour le vrai baiser du réveil glorieux et lumineux.

Qu’est la politique dans le sens premier et grec du terme ?  «La chose publique», «la gestion de la cité». Nous pourrions penser que la cité aujourd’hui est l’obédience et de ce fait essayer de comprendre la politique qui la gère.

Celui qui fait de la politique, doit  connaître les us et coutume qui gèrent la cité, c’est-à-dire, que le chef doit connaitre sa cité, que le chef doit en savoir les besoins, qu’il doit en connaitre les hommes qui la composent,  et pour gérer cette cité, le chef ne peut être seul. Il doit s’entourer d’hommes compétents dans lesquels il doit avoir une confiance totale. Il doit pouvoir compter sur eux les yeux fermés et  savoir que les murs sont bien gardés et surtout que le peuple vit dans un certain bonheur pour ne pas dire un bonheur certain.

«La chose publique» est la gestion mise en place pour servir le peuple en comparaison à la gestion mise en place pour servir les gouvernants !

Qui sont les hommes du chef aujourd’hui ? De jeunes généraux de 24 ans comme Marceau, Murat, Lannes, etc, hommes sortant du peuple les yeux plein de lumière et surtout plein d’idéaux, hommes  qui ont donné à l’Empire des années de lustre (même si l’on n’aime pas Napoléon) ou alors des hommes qui ont fait la restauration, période de l’histoire que nul ne connait et dont personne ne se souviendra.

Nous en connaissons la réponse malheureusement.

Pour en revenir à la gestion de  notre cité, soit le chef n’y connait rien en politique et en hommes et a fait son collège au hasard, et cela est quand même inquiétant, soit le chef a fait son collège en toute connaissance des hommes et cela s’appelle du cynisme.

Car comment comprendre, comment accepter de voir des noms entachés par des affaires, chacun reconnaitre les siens, des noms qui ont suspendu, radié, supprimé à tour de bras et que l’on récompense avec bonheur ; on voit même des noms qui formèrent  la garde prétorienne de l’ancien chef et qui par un pas de tango magique se retrouvent en plein lumière lavé de toute trahison, même des noms ignorants tout des rites qui nous sont chers et faisant rire tout le Landerneau.

Le chef ne nous respecte pas, nous le peuple, car s’il était ignorant de la chose publique, il aurait du prendre des précepteurs qui l’auraient instruit sur la justice, la lumière et l’éthique et ces mêmes précepteurs l’auraient guidé dans le choix des hommes ; il n’est pas idiot de dire je ne sais pas !

Mais il se peut que le chef ne soit pas du tout ignorant de la chose publique et qu’il ait sciemment composé son gouvernement ;

 

Alors mes frères sachez une chose très simple :

La terreur est arrivée 3 ans après la révolution.

Ceux qui veulent continuer à dormir, DORMEZ

Ceux qui veulent activer la «bascule à Charlot», DECAPITEZ

Et ceux qui veulent vivre en pleine lumière et dans l’éthique, PARLEZ

 

Personne ne peut vous reprocher de dire ce que vous pensez, c’est cela le combat politique, ce n’est pas un combat contre les hommes, c’est un combat contre les idées. Jamais je ne jetterai aux chiens l’honneur d’un homme : je ne l’ai pas fait pour l’ancien gouverneur de la cité et je ne le ferai pas pour le nouveau, car même s’il se trompe, c’est un homme avec ses qualités et ses défauts, mais je n’accepterai jamais la politique qu’il met en place avec certains mauvais compagnons.

 

Salut et Fraternité

Marc Germain

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Casier judiciaire vierge 10/12/2012 14:36

Tsimsum. Tu peux rajouter à ta liste : Claude S, le parjure à ses serments, qui a soigneusement caché à ses Frères sa lourde condamnation en correctionnelle pour poursuivre, sans la moindre honte,
sa brillante carrière à la GLNF et à Villiers en se posant en parangon de vertu !!!!!

joaben 10/12/2012 10:19

Je note cher Sully que tu menages le militant proServel éffrenné que fut Fdamour ... il est vrai que si on se repand pas en effusion et admiration sur sa personne son blog est fermé. Tu est resté
sobre, cependant.
Mais tu as pourtant la reponse previsible de sa part ... S'il ne peut que se montrer "déçu", pas le moindre regret de son attitude outranciere précédente.
Car finalement se passe ce qui etait exactement décrit par ceux qui tentaient de s'opposer à Servel :
Une GLNF "gourouisée" perpétuant le systeme stifanien, confirmant ses actions et promouvant ses sbires.
En echange, il offre à la populace une vengeance en brandissant la tête d'un stifani suspendu.

Mais, comme le brandissent les supporter c'est 92% de la GLNF qui veut çà ... alors, dans ce cas, mainteant que ces 92 % ont choisi l'extreme soumission au nouveau maître qui leur distribuera
quelques nonos tout va bien...
Bien sûr amertume d'avoir vécu 3 ans pour voir que chez beaucoup de nos FF, cette soumission anti-maçonnique leur est chère, amertume que de telles valeurs de "secte" soient ainsi promues.
Et pourtant enthousiasme : pour plusieurs d'entre nous, ils se sont attachés à l'essence de la FM et decouvrent la beauté d'un construction optimiste sans nul besoin d'une "obedience" pesante(ni
d'un "refuge"). Bien sûr ils se federeront un jour en une "GL", parce qu'ils le veulent, reproduisant ainsi 1717.

Sully 10/12/2012 14:50



Voie de la sagesse non ?



l'ancien 13011 09/12/2012 16:14

Mon cher Marc, Les anciens affidés reviennent et la GNLF continue comme avant. Il faut récupérer des Frères le plus possible. La GNLF est gangrènée et elle va disparaître. Le nouveau GM n'apporte
que des désillusions, attendons la révolte des frères qui n'acceptent plus le dévoiement, une maçonnerie de contrefaçon à 400£ l'an. Je vous embrasse avec Serge. Claude Galinier

Sully 09/12/2012 16:26



Mon Frère l'Ancien. Nous n'avons rien à récupérer. C'est à eux de se positionner en leur âme et conscience. Siant Just écrivait que c'était une erreur de penser
que l'on pouvait apporter la liberté aux peuples. La liberté se gagne à l'issue d'un combat, fut il individuel.



René Hervet 14633 09/12/2012 10:18

Bonjour Sully,

Cher Marc, avec grand plaisir, hier, nous sous sommes entretenus, ton dernier paragraphe défini bien notre pensée commune, forgée par nos épreuves et nos engagements personnels. Je rajouterai une
précision importante à mes yeux, à prendre en compte : les actes.
Bien souvent certains mauvais compagnons ne se sont jamais exprimés, mais je suppose que leurs actes ne sont que le prolongement de leurs pensées ou de leurs conceptions.
Quant au préambule « De l’ignorance de la gestion politique au cynisme », pour ma part je pencherai « Du cynisme de la gestion politique au machiavélisme pour le moins, ou plus abjecte la moquerie
». Il est trop tôt pour que je me détermine, le jugement sera fait sur les actes
Bien à vous.

Sully 09/12/2012 11:15



Les nominations sont des actes, mais attendons la suite...



tsimsum 09/12/2012 09:49

Mon Obédience mère

Il y avait Carbone, le chef de bande,
Foldingue, le dévoyé des travaux,
Fanfoué, de grande délinquance,
Calligula, l'antisémite indépendantiste activiste,
Et Harcourt, à pendre haut et court
Et aussi le fiston de foldingue,
qui tenait le magasin HAI
Dehors on les savaient Préfets, chef d'entreprise, Avocat, Retraités
Dedans c'était Coquins, Voyous, Escrocs, Fumiers
Nous nous réunissions pour les éjecter, et nous constations notre échec à le faire,
Moi j'étais résistant comme beaucoup d'autres dans mon obédience-mère, là-bas !

Il y avait encore Sidérant le comptable,
Benz l'écrivain servant la soupe,
Stevee, le noble consanguin,
Le sieur Vel, lien ultime avec Dieu,
Mister Jack, gnafron lyonnais
Manquait plus que Fidel Castro et l'atelier
De trahison des idéaux était complet.

Notre Obédience était très riche
Mais nos Temples étaient vieux et dénudés.
Notre GM préférait les Marques,
Comme son Maître Elyséen peu scrupuleux.
Pour les frères dans la détresse,
Démerdez-vous était la réplique,
Cela nous laissaient incrédules,
nous qui cotisions régulièrement.

Car tous les mois, il fallait
Des comptes rendre au Palais.
Effectifs, finance,
Tout était épluché jusqu'à Outrance.
Même le nombre d'adhérents,
Suivait cette gouvernance.
Et en guise de récompense,
le bon petit soldat recevait
une belle Pitance :
Un Beau Tablier Bleu ou
Un avancement
Qui paradoxalement chaque jour
l'éloignait de la Maçonnerie.

Puis un jour, ce fut le ras le bol,
Agacés par temps de mépris,
écœurés par tant d'arrogance,
les FF au cœur pur décidèrent,
aux principes fondamentaux,
de redonner parure Altière.
Ils fondèrent la GL-AMF
Entité aux règles sévères,
nécessaires pour contrer les dérives
de notre obédience-mère.
Tout ceci pour que jamais plus on ne dise :

Il y avait Carbone, le chef de bande,
Foldingue, le dévoyé des travaux,
Fanfoué, de grande délinquance,
Calligula, l'antisémite indépendantiste activiste,
Et Harcourt, à pendre haut et court
Et aussi le fiston de foldingue,
qui tenait le magasin HAI
Dehors on les savaient Préfets, chef d'entreprise, Avocat, Retraités
Dedans c'était Coquins, Voyous, Escrocs, Fumiers
Nous nous réunissions pour les éjecter, et nous constations notre échec à le faire,
Moi j'étais résistant comme beaucoup d'autres dans mon obédience-mère, là-bas !

Sully 09/12/2012 11:11



Remarquable mon Frère Tsimsun. Cette loge s'appelait elle Désespoir et Persévérance?