Guerre des chefs: analyse de F.Koch

Publié le par Sully

Mes Frères,

 

Le passé GM Claude Charbonniaux se prononce pour le départ immédita de raçois Stifani et ce dernier réplique aussitôt par une lettre ouverte.

 

Nous vous invitons à lire l'analyse que propose François Koch sur son blog L'Express La Lumière.

 

Et pour ceux qui comme moi n'auraient pas connu l'époque de CC, nous vous invitons à lire sur le Myosotis PACA les courriers adressés à l'époque par le Grand Porte Glaive au GM Claude Charbonniaux. Vous comprendrez aisément que les dérives ne datent pas d'aujourd'hui et qu'elles ne sont pas le fruit du hasard.

 

Profitez bien de la fin des vacances mes Frères, et revenez nous en pleine forme pour livrer la bataille finale qui nous permettra de bouter dehors tous ces mauvais compagnons, leurs affidés et le système qu'ils ont mis en place et qu'ils s'obstinent à faire perdurer quel qu'en soit le coût pour notre institution.

 

Fraternellement,

Commenter cet article

Normand 17/08/2011 19:11


et entités maçonniques existantes, comme une immense foire à la brocante où le badaud profane, sur les parvis du Temple, viendrait faire son marché pour y picorer ou butiner toute la marchandise
offerte par ce supermarché de l'initiation… à des conditions dûment tarifées bien entendu.
Ainsi, notre système a bien été spolié, trahi, bricolé et livré en pâture aux marchands du Temple par ceux-là même qui avaient le devoir d'en garder jalousement les landmarks, comme un dépôt
précieux, intangible et immémorial, j'ai nommé les derniers Grands Maîtres. Toutes les pirouettes juridiques, administratives et profanes n'y feront rien. Et le nom du plus vil de tous, comme celui
des pharaons indignes de l'ancienne Egypte, sera effacé de nos tablettes, parvis, temples et mémoires pour être non pas livré à l'opprobre, il l'est déjà, mais à l'oubli…


Sully 17/08/2011 20:09



Merci de ce complément. Et bravo pour cet écrit qui a été repris en articles par de nombreux blogs Myosotis.



normand 17/08/2011 15:14


Aux Compagnons et Frères du système YORK et de l'Arche Royale américaine,
Mes bien aimés Compagnons,
Dans les secousses du séisme qui depuis près de vingt mois, malmène la Grande Loge Nationale Française, vous avez eu, comme bien d'autres, à souffrir des prises de position des uns, des diktats des
autres, bref des situations ambivalentes qui ont obscurci votre sérénité et vos travaux…
Avec toutefois quelques particularités qui ont apporté leur piment spécifique !
Notre système YORK étant partie de ce qu'il est convenu d'appeler les rites anglo-saxons, il a semblé moins concerné par les joutes qui ont opposé la gouvernance de la GLNF et les Juridictions des
hauts grades des rites continentaux, j'ai nommé le Suprême Conseil du REAA, le Grand Chapitre Français et le Grand Prieuré du Rite Rectifié.
Mieux même ! l'ex-Président démissionnaire de la GLNF et néanmoins toujours prétendu Grand Maître a déclaré récemment exclure ces autorités symboliques et leurs dirigeants de la GLNF, ne souhaitant
conserver de relations qu'avec l'Arche Royale…
Aurions-nous quelque chose de particulier qui nous caractérise ? Ou serait-ce que notre combattivité serait moindre et notre servilité plus ostensible ?
En voici les raisons…
L'Arche Royale est le système complémentaire à la maîtrise spécifique aux degrés anglo-saxons, à savoir Émulation, York et Standard d'Écosse, inféodé et intégré à la GLNF qui en détient les clés,
toutes les clés (effectifs, trésorerie, rituels, locaux, encadrement, etc…)
En effet, depuis 1930, année de la consécration d'un Grand Chapitre d'Arche Royale au sein de la GLNF par les Anglais, le rite domatique de l'Arche Royale est, selon le Traité de l'Union de 1813
ayant scellé la réconciliation des "Ancients et des Moderns", partie intégrante de la maîtrise et fut jusqu'en 2001 le seul rite d'Arche Royale pratiqué au sein du Grand Chapitre pour la France. Ce
Grand Chapitre est donc une instance en totale dépendance et sous l'inféodation de la Grande Loge. Il n'a pas d'existence juridique propre.
Ce qui permet à son Grand Maître de s'en prétendre ex officio le 1er Grand Principal, quand bien même il n'aurait pas effectué son parcours maçonnique au sein de l'un des rites de cette
sensibilité. Auquel cas, une rapide cérémonie d'investiture le régularise Compagnon de l'Ordre sans grande considération pour son aptitude et son intérêt vis-à-vis de la charge symbolique du
message transmis.
De ce fait, les "résistants" de l'Arche Royale à la gouvernance de François STIFANI, pour beaucoup d'entre eux dès les débuts de la contestation de décembre 2009, se sont retrouvés agissant dans le
cadre des combats au sein de la GLNF, sans que leur engagement au niveau de l'Arche Royale n'apparaisse spécifiquement… puisque leur combat se trouvait, de ce fait, intimement lié.
On vit cependant sur certains blogs dès décembre 2010 et janvier 2011, des messages pour rappeler aux Compagnons de l'Arche Royale que nombre de ses responsables bien connus étaient solidaires des
luttes incarnées par FMR et le collectif des Myosotis, sans que pour autant, cela prenne la même résonnance qu'avec les Juridictions continentales, la main de fer de la GLNF continuant de facto à
assurer l'ordre à l'intérieur du Grand Chapitre et avec la même violence qu'à la Grande Loge, grâce aux dévoués Grands Secrétaires successifs de la GLNF, ex officio Grands Scribes Esdras, et à
l'action servile et docile des Pro 1er Grands Principaux tout aussi éphémères malgré leur docilité affichée.
S'agissant plus particulièrement de notre système YORK, le bâtisseur habile et diplomate de la structure n'est autre que le TRF Jean-Claude TARDIVAT, Grand Chancelier et ex-dépité Grand Maître
secondé par les indétrônables et fidèles Frères et Compagnons encore une fois provençaux entourant un responsable national du rite suffisant, autoritaire et indigent. L'Arche Royale de sensibilité
YORK pouvait apparaître comme un ilot de paix ou un pays neutre en marge du champ de bataille ! Ce n'était qu'un territoire sous la botte d'un protectorat autocratique !
Sachez mes chers Frères et Compagnons qu'il n'en est rien !
Le combat là aussi est conduit avec détermination pour donner à notre système particulier de transmission symbolique auquel nous sommes attachés, la place et le rang qui sont les siens. Le Livre
Blanc pour la refondation, les analyses et propos de candidats de valeur comme Jean MURAT ont de manière convergente, demandé et promis l'autonomie de fonctionnement de notre système de degrés
complémentaires à la maîtrise. Nous nous employons donc à préparer l'avenir sans préoccupation de ce qui nous a, jusqu'à ce jour, été imposé de manière unilatérale.
En effet, nous bénéficions d'une Charte de constitution de Grand Chapitre Souverain, délivrée par le General Grand Chapter American Royal Arch Masons, international, laquelle nous a été confisquée
par la GLNF à son profit lors de sa délivrance, nous ordonnant de nous intégrer au système de Grand Chapitre existant sous son contrôle exclusif.
Or, nous n'avons jamais pu pratiquer nos cérémonies d'installation et de consécration selon nos usages et rites propres, celles-ci ayant fait l'objet d'un bricolage de circonstance pour les rendre
"compatibles" avec les cérémonies éponymes du rite domatique, considéré comme LE rite de Grand Chapitre… à la GLNF.
Nous n'avons jamais pu choisir les responsables de nos structures chapitrales et avons subi ceux imposés par le Grand Chapitre, et donc par la Grande Loge. Pire, là où un cénacle restreint pouvait
sans difficultés encadrer les activités des Chapitres York comme entre 2002 et 2004, la généralisation des Grands Chapitres Provinciaux et leurs Collèges de porteurs de breloques a multiplié par 20
ou 30, les Grands Officiers ayant autorité sur les Chapitres, les York comme les autres, sans souci d'efficacité, d'intérêt pour le rite et son rayonnement. On a prétendu urbi et orbi que l'Arche
Royale était le complément INDISPENSABLE de la maîtrise quel que soit le rite pratiqué, ce qui fut une absurdité uniquement destinée à faire du chiffre et à engranger des candidatures à
l'exaltation… au plus grand bénéfice du trésor de la GLNF et au grand dam des Juridictions.
Pire encore ! On a "régularisé" à tour de bras, lors de Grands messes qui auraient pu remplir le chœur de Notre Dame de Paris, des Collèges Provinciaux entiers de Grands Officiers d'Arche Royale
qui ont reçu ainsi, en une seule séance, tous les degrés intérieurs de Chapitre York comme Standard d'Ecosse d'ailleurs, sans préparation ni compréhension.
Et pendant ce temps, le rayonnement du York n'a cessé de décliner dans notre Obédience… Peu de Provinces maintiennent encore une Loge d'instruction E Pluribus Unum, aucun Chapitre d'instruction
provincial n'existe, et même le Grand Chapitre National dit "magistral" n'a jamais publié ni entrepris quoi que ce soit depuis sa création, sauf un très médiocre rituel copié-collé sur un ancien
modèle critiquable et incomplet… mais produit sous le Copyright de la GLNF avec le soi-disant aval des Américains qui ne connaissent au fond pas notre langue pour pouvoir donner un avis éclairé sur
la pertinence de la traduction…
Les Compagnons ne sont pas fidèles aux travaux des Chapitres. Le matériel est incomplet ou souvent dispersé ; l'absence de rigueur cause partout le désintérêt des membres, alors que la beauté et la
richesse des enseignements aux différents degrés de Chapitre devraient y forger l'excellence de nos Maîtres, ceux qui, justement trouveraient là ce dont ils ont besoin pour enseigner aux autres, et
diriger les travaux en Loges bleues… selon les usages et la tradition de notre système !
Enfin, des Officiers nationaux et provinciaux infatués de leurs rangs et titres viennent pavaner dans nos Chapitres pour y exercer, là comme ailleurs, une autorité déplacée et infondée que nous
rejetons totalement…
Notons encore que notre système particulier de progression prévoit également le passage des Compagnons et Frères au sein des trois degrés cryptiques qui, aux États-Unis, sont administrés par un
Grand Conseil.
Comme pour l'Arche Royale, une patente de Grand Conseil Souverain nous a été délivrée par les américains en décembre 2009, et notre ex Grand Maître François STIFANI a été installé dans la chaire de
Trois Fois Illustre Maître, confisquant la Charte à son profit et à celui de la GLNF comme cela avait été le cas pour le Grand Chapitre d'Arche Royale, et pour les mêmes raisons.
En conclusion,
On a donc apporté un éclairage nouveau sur les préférences de François STIFANI pour les systèmes de hauts grades anglo-saxons et donc pour l'Arche Royale dans la mesure où il les confisque
habilement pour y tuer toute tentative d'émancipation mais aussi pour un profit financier évident doublé d'une soif de puissance inextinguible. On se souviendra cependant qu'une Grande Loge ne
devrait pas gérer sous sa gouvernance directe d'autres degrés que les trois grades symboliques d'Apprenti, de Compagnon et de Maître incluant l'Arche Royale Anglaise, et seulement celle-là selon la
juridiction de la GLUA…
Ainsi, on comprendra mieux que les griefs que porte François STIFANI aux Juridictions des hauts grades continentaux sont en fait, par une pirouette dont lui seul a le secret, l'expression de son
dépit de n'avoir pu faire main basse aussi sur ces juridictions, l'empêchant de parachever ainsi en toute irrégularité le grand projet d'une GLNF Une et Indivisible, du 1er au 33ème degré des
différents Ordres, juridictions et


Sully 17/08/2011 17:28



Mon Frère. Merci pour cette explication d'une clarté remarquable. Effectivement la stratégie de FS vis à vis des Juridictions est très limpide. Personne ne
doute, fort heureusement, de la solidarité dans le combat de nos Frères des rites York, Emulation et Standard d'Ecosse, même si leurs moyens d'expression ont en effet été plus limités ou moins
visibles.


Il manque malheureusement la fin de ton commentaire. Peut-être voudras tu la compléter. Merci