Le Cap de Bonne Espérance

Publié le par Sully

Mes Frères,

 

La Cour d’Appel a dit le droit dans les attendus du jugement de vendredi, à savoir que François Stifani n’a plus qualité de Grand Maître depuis sa démission en tant que Président de l’Association GLNF.

Ce point est définitivement acquis car la Cour d’Appel ne se déjaugera pas dans son arrêt futur.

 

Quel est l’état des lieux en terme d’autorité ?

1-    Il n’y a plus de direction de l’obédience et l’Assistant GM Al Cano ne peut prétendre assurer l’intérim puisqu’il a été nommé par un GM illégitime. Tous les GMP et ON nommés depuis le 21 janvier 2011 tombent également avec la démission (Chute) du GM.

2-    La seule autorité légitime est aujourd’hui la mandataire ad-hoc, Maître Legrand. La position qu’elle va prendre à la suite du jugement de la Cour d’Appel va faciliter ou pas le processus de sortie de la crise

 

Quelles sont les stratégies à l’œuvre ?

Du côté des usurpateurs, il est certain que FS et sa clique, bafouant une nouvelle fois la justice, vont tout faire pour durer encore quelques temps. On l’a vu au travers des réactions des avocats Baloup et Pardo, comme au travers de la communication par dernière Brèves interposée d’un Grand Conseil qui n’existe légalement plus. Derniers actes d’une guérilla perdue d’avance, mais actes hélas inévitables venant d’individus ayant depuis longtemps perdu tout honneur. Ne sous-estimons pas leur capacité de nuisance, déjà largement démontrée.

Du côté de l’opposition, à vrai dire quelque peu prise elle-même à contre-pied par jugement de la Cour d’Appel, la priorité est désormais remise sur la reconquête de notre association par l'intérieur. Et c’est tant mieux pour tout le monde. C’est en tout cas ce qu’a déclaré l’URLF et AJ, Président du Comité de Pilotage de l’opposition, lors des conventions URLF d’hier.

 

Quelle marche pour la justice ?

Stifani est désormais écarté de la procédure, son intervention volontaire ayant été jugée irrecevable. Voulant se prémunir contre un éventuel pourvoi en cassation pour vice de forme, les juges de la Cour d’Appel se donnent le temps de traiter comme il convient la recevabilité de la requête de quelques Frères de la Côte d’Azur. Positionnés comme intervenants volontaires au procès, et compte tenu de l’intérêt objectif qu’ils servent, ils  font et ont tout fait pour retarder la procédure. D’où le renvoi à une "mise en état" de la procèdure le 2 février prochain afin de statuer sur la recevabilité de leur intervention.

Le jugement définitif de la Cour de Cassation sera dès lors renvoyé à une date ultérieure. Et comme l'avait indiqué le Vice-Président Kurtz, l'AG ne pourra être positionnée qu'après le jugement définitf de la Cour d'Appel.

Jeudi 19 le TGI de Paris rendra par ailleurs son verdict quant à l’illégalité de l’appel des capitations, verdict déterminant pour réintégrer les loges exclues à ce titre dans le collège de votants de la prochaine Assemblée Générale.

Gardons enfin à l’esprit que par sa décision du 7 décembre dernier le Vice-Président Kurtz a prolongé le délai de tenue de l’Assemblée Générale jusqu’au 7 mars 2012. Rien ne lui interdit de le prolonger à nouveau.

 

A la lecture de cet état des lieux, vous comprendrez aisément mes Frères qu’il nous faudra encore un peu de patience, trois, quatre voire peut-être cinq mois pour voir enfin le bout de la crise.

 

Alors quel cap pour enfin réaliser notre Bonne Espérance ?

Trois manœuvres doivent être déroulées simultanément :

1- Nul doute que notre Frère AJ, représentant des diverses tendances de l’opposition  - qu’il conviendrait d’ailleurs d’appeler désormais la majorité plurielle - va prendre attache avec Maître Legrand pour connaître ses intentions sur quelques points essentiels. Citons entres autres ; acceptation et prise en compte effective de la position de la Cour d’Appel sur l’unicité des fonctions GM-Président, report de l’AG prévue le 4 février, nullité de toutes les décisions et mesures prise par Stifani et sa troupe depuis le 21 janvier 2011, illégalité des capitations, collège électoral et convocation d’un SGC). Nous supposons qu’AJ proposera d’être l’interlocuteur privilégié de Maître Legrand pour piloter la sortie de crise.

2-  Si Maître Legrand persiste dans les comportements déviants qu’elle a adopté jusqu’à présent, et/ou si la direction illégitime de l’obédience continue à utiliser illégalement les moyens de cette dernière malgré le jugement de la Cour d’Appel, nul doute que de nombreuses procédures en référé viendront mettre un terme à de tels comportements.

3- Que l’AG soit maintenue ou reportée, il est essentiel de soutenir le référé intenté par le Collectif « Ni-Ni ». Cette requête est en effet le seul et unique moyen de faire procéder à une modification immédiate des statuts de la GLNF et de procéder directement à l’élection d’un nouveau Président -Grand Maître, c’est à dire sans passer par la désignation d’un candidat unique au sein du Souverain Grand Comité. Que la composition du SGC retenue soit celle – totalement bidouillée et pro-stifanienne - actuellement en place ou celle du 21 janvier 2011 si la Cour d’Appel venait à en décider ainsi, nous retomberions alors dans les jeux de pouvoir et d’influence historiques qui ont conduit la GLNF dans cette crise insensée. Bref, tous les risques d’une élection par un « Collège restreint » qui ne laisse aux Frères que la liberté d’entériner le choix du SGC. L’occasion rêvée pour d’anciens « dignitaires » de tous poils de revenir aux commandes de notre institution.

 

Si la chose requiert donc du temps, le problème s’est déplacé depuis le jugement de la Cour d’Appel. La Grande Maîtrise de Stifani étant définitivement enterrée, les incertitudes restantes portent sur :

1- Le processus de sortie de crise qui va être mis en place

2- Le processus d’élection du futur Grand Maître que vous souhaitez voir mis en place. C’est en ce sens que l’initiative de « Ni Scission – Ni Soumission », si elle est validée par le Tribunal, est déterminante car il s’agirait alors d’une élection directe du GM par les délégués de Loges. Si tel est votre désir, il est alors impératif que vous apportiez votre soutien à cette initiative.

 

Pardonnez moi mes Frères d'avoir été un peu long, mais j'espère avoir été clair sur la situation et les enjeux.

Prenez votre destin en main. Demain il sera trop tard.

 

Fraternellement,

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

GARGOUILLE 16/01/2012 07:28

My dear Brother Sully,
En admettant qu'Aristide est élaboré librement l'avocation ( en anglais dans le texte) de « Nini », il semblerait quand même que le principe « ninirien » soit
contradictoire : je souscris complètement à la notion d'insoumission mais préférerais la scission à l'acceptation d'un statuquo dont on ne verrait plus la fin ou qui gèlerait les statuts
actuels dans une sorte de momification de principes obédientiels corrompus par plusieurs décades de décadence !
Une maçonnerie consensuelle ne se doit pas de sacrifier sur l'autel de la tolérance ses principes fondamentaux qui n'ont absolument rien à voir avec la notion d'obédience même si celle ci a une
fonction nécessaire majoritairement logistique.
L'obédience ne doit être que le SUPPORT de la FM, pas l'essence comme beaucoup trop de charlots l'ont prétendue et le prétendent encore !
Beaucoup de « FF » sont entrés en Maçonnerie formatés sans le comprendre par de faux éléments et souvent parrainés par des clowns en quête de breloques. Pour guérir d'un mal, il faut
d'abord en reconnaître les causes et les symptômes. Les conclusions de la justice rendues ce 13 janvier ne sont que des outils que le monde profane (souvent plus clairvoyant que nos FF aveugles)
offre à notre Maçonnerie ; à nous de faire correctement le travail...

Sully 16/01/2012 10:00



Avis partagé. Le combat de ce blog est essentiellement un combat d'éthique et de principes. Le principe dans lequel tu vois une contradiction apparente stipule
que nous ne voulons ni vivre dans l'oppression stifanienne, ni dans une autre quel qu'en soit le lieu. Nous voulons en première priorité récupérer notre GLNF libérée de tout principe
aristocratique. Et il est certain que si tout cela ne fonctionne pas je partirai, comme beaucoup de FF. Reste à savoir où et c'est encore une question ouverte...



aristide 15/01/2012 23:10

Pour savoir ce que soutient réellement Alain Juillet,qui dit clairement que l'opération Ni, Ni est vaine, sans intérêt , mais, comme il dit ne peut pas faire de mal...allez lire sur ce lien.
Prétendre que Ni, Ni serait un moyen de sortir de la crise est un leurre, qui à force, devient coupable.

http://www.myosotislutece.org/article-nous-sommes-tous-responsables-97173743.html

Sully 15/01/2012 23:22



Mon Frère Aristide, je crois que nous avons tous compris ta position et tu sembles être un supporter inconditionnel de l'ULRF. Il n'y a rien dans l'article de
Lutèce qui soutienne tes propos relatifs à AJ et à Ni-Ni. Et pour ton information j'étais présent à cette convention et sais excatement ce qui s'y est dit. Au moins auras tu fait ici un peu de
pub pour l'URLF ! Cela étant, puisque cette initiative est vouée selon toi à l'échec, cesse d'inonder ce blog à son propos. Tu devrais simplement l'ignorer, si tu étais logique. Enfin, en tant
que maçon, tu devrais respecter le fait que d'autres Frères ne partagent pas ton point de vue.


Je terminerai en te disant qu'AJ est assez grand pour venir démentir lui-même sur les blogs le soutien que nous évoquons. Or il ne l'a à ma connaissance pas
fait.


PS: Je ne suis pas sûr qu'il soit très honorable d'avoir volonatirement supprimé ton adresse mail qui est attachée généralement aux commentaires. Mais peut-être
ne souhaites tu pas être identifié ou contacté ! "Petitmutindebase" avait fait pareil sur le même sujet il y a quelques jours, et je trouve cela très décevant d'avancer masquer en "FF de base"
lorsque l'on est l'une des têtes pensantes de FRM et de l'URLF. Cela aussi s'appelle tromper les
Frères. Au lieu de rabacher un argument stérile sur les chances de succès de cette initiative de Ni-Ni, FMR et l'URLF devraient avoir le courage d'exprimer publiquement pourquoi cette initiative
les dérange.