Notre Frère Alain s'en va

Publié le par Sully

Mes Frères,

 

Notre Frère Alain Jui.. a choisi ce soir de s'exprimer suite à son éviction de la liste des candidats à la Grande Maîtrise. Il adresse ainsi une lettre destinée aux membres du Souverain Grand  Comité ainsi qu'à tous les Frères de la GLNF.

Aucune rancoeur dans ce courrier, et difficile pour nous tous de ne pas partager des phrases telles que "...le risque est grand de voir la GLNF retomber dans le piège de l'immobilisme et du statu quo, d'une personnalisation de la Grand Maîtrise ou, plus grave encore, dans les petits arrangements entre "frères" au plus grand bénéfice de quelques uns...."

Si je ne peux décemment pas laisser passer l'affirmation selon laquelle Alain fut un des premiers à commencer le combat pour la restauration de nos valeurs, j'avoue une très grande sympathie pour le constat qu'il tire de la situation actuelle.

Par cette lettre Alain nous signifie que son choix est fait et qu'il part reconstruire une autre obédience dans laquelle de tels travers n'auront plus cours. Promis juré. Nous ne pouvons que le souhaiter et l'espérer, mais sur ce sujet chacun sera libre de ses appréciations et de ses choix. Et je l'écris sans aucun sous-entendu.

J'approuve par contre la recommandation de ne pas régler les capitations avant le 30 mars. J'ajouterai même de laisser un peu traîner dans l'hypothèse où JM serait élu par le SGC, histoire de voir quel programme concret commencera à être ébauché.

Objectivement il y a peu de chances qu'un vrai changement, voire une refondation, sorte des urnes du SGC. L'heure du choix approche donc mes Frères.

Cette scission contre laquelle je me suis tant battu va se produire quoiqu'il arrive. La seule question est désormais son étendue. Ceux d'entre nous qui partiront très vite laisseront seuls ceux qui espèrent encore en un changement de l'intérieur, et ce sera autant de voix perdues pour la future Assemblée Générale.

Je ne porte aucun jugement car nous sommes tous las de ce long combat. Et si les stifano-foellneriens avérés ou déguisés remettent in fine la main sur notre GLNF, elle ne sera plus que l'ombre de ce qu'elle fut. Une association de copinage bannie de la Franc-Maçonnerie universelle.

Messieurs ou mes Frères du Souverain Grand Comité, vous sauverez peut-être vos postes en votant pour la reconduction du système en place - quel que soit le candidat prolongateur, déguisé ou pas, que vous porterez aux plus hautes fonctions - mais vos titres et vos fonctions auront définitivement perdu toute crédibilité. Les Scag..., les Benza..., les Dupi... , et j'en oublie, ont suffisament démontré très récemment les sentiments qui prévalent sous couvert d'une obédience que vous instituez en Ordre pour ne pas avoir à répondre de votre responsablité.

En ce qui me concerne, puisque quelques commentaires ont abordé ce sujet, je n'éprouve aucune amertume et ne suis pas désabusé. Le combat que nous avons tous livré était un combat honorable et juste qui méritait d'être livré. Si des compromis sont toujours possibles, on ne peut pas transiger sur les valeurs morales et les valeurs républicaines. Certains ont donné leur vie pour ces dernières, et c'est - entre autres - en la mémoire de l'un deux que je me suis engagé dans ce combat. A un moment donné, il faut savoir dire non. Tout simplement.

Non à l'injustice, non au manque de respect de l'autre, non au manque de fraternité, non à l'abus de pouvoir, non aux manquements aux régles fondamentales de notre République qui est un bien si cher et si fragile, non au mensonge, non aux trahisons, non aux Tribunaux d'exception, et non à l'instauration d'un système aristocratique. Tous ces éléments, et la liste n'est certainement pas limitative, n'ont aucune place dans la Maçonnerie telle que je la conçois du petit bout de ma lorgnette.

Je suis particulièrement triste aujourd'hui de voir que de nombreux Frères vont partir. Je sais aussi que François Stifani et d'autres candidats "moustachés" n'en ont strictement rien à faire. Seul leur pouvoir leur importe. C'est peut-être ce qui nous différencie au fond.

En février 2010 un OP enguirlandé m'avait avoué sur le trottoir de Bineau qu'il "n'en avait rien à foutre que 1.200 Frères du Val de Loire soient éjectés" par simple diktat du Grand Maître. J'avais trouvé ce propos inacceptable.

Je n'ai aucun conseil à donner à qui que ce soit, mais je constate qu'au sein d'une institution maçonnique, avec tout ce que cela devrait signifier, et même au sein de Frères toutes tendances confondues, l'intolérance est une pratique généralisée.

C'est peut-être le bilan le plus triste, mais c'est aussi le reflet de la société dans laquelle nous vivons. Et tous arrivent à justifier leur intolérance, persuadés qu'ils sont de défendre des valeurs qui lui sont supérieures.

Rassembler ce qui est épars suppose exactement l'inverse.

Envie de reprendre mon bâton de pélérin et de repartir parcourir les océans ou les chemins de Compostelle. Car ce ne sont pas les systèmes qui sont en cause, on peut toujours espérer les changer, ce sont les hommes.

 

Fraternellement,

 








 


 



 

 

Commenter cet article

Aristote 22/03/2012 14:53

Ce que nous craignions se confirme ! En fait ULR soutien,t mainteant ouvertement la candidature de Stifani(cf Myosotis PACA et LML). Apres avoir passé alliance avec Legrand pour empecher la tenue
d'une AG qui aurait élu JMurat(en 2011), les mêmes se depensent pour faire elire Stifani contre Murat !

Motif ? : Stifani sert de repoussoir pour gonfler les effectifs ULR !

Quel début pour cette "GL" !
Alors bien sûr ULR tente d'habiller cette situation pour y donner apparence respectable mais les faits sont là :

- ULR s'est dépensée sous un pretexte de "Cour d'Appel". Une fois l'arrêt rendu(parfaitement clair pour ce qui nous interesse) ULR s'en est desinteressé.
- A Juillet savait pertinemment ne pas être eligible selon les criteres annoncés par Me Legrand.
- ULR reconnait que son veritable but etait de diriger une nouvelle obedience et capter les rejetés de Stifani. La "lutte" contre Stifani n'etait qu'illusion pour ne pas se voir reprocher de ne pas
avoir tenté(cf Maine Atlantique qui a l'honnêteté de le reconnaître !).

Donc aujourd'hui, la ligne est simple : se battre pour Jean Murat ! S'il s'averait dans quelques mois qu'il ne repond pas à l'attente, il serait toujours temps de voir ailleurs !

Sully 23/03/2012 00:18



Toutes ces stratégies tordues me donnent la nausée. l'ULRF ne va pas se rendre désirable en employant de tels stratagèmes.



kersalio 22/03/2012 14:03

Voici la lettre absolument odieuse que nous recevons actuellement d’un candidat, grand affidé d’Ephesse.
Son allégeance à FS n’est plus à démontrer il en fait lui-même l’apologie dans son courrier son devoir eut été de rester fidele à ses engagements vis-à-vis de l’ordre et surtout de ne pas servir de
la manière dont nous savons ce « bureau « d’Apparatchik » dévoyés !! D’aucun jugeront !!
From: Bertrand Heyraud
Sent: Thursday, March 22, 2012 10:05 AM

Subject: Une candidature ferme et sans arrière-pensées

Des commentateurs plus ou moins bien intentionnés prétendent que je porte un faux nez, que je compte drainer des voix dans le seul but d’en faire profiter François Stifani au moment opportun...

Je démens formellement cette supposition.

Certes, mon amitié fraternelle pour François Stifani est entière.
J’assume loyalement, depuis un an, les fonctions de Grand Secrétaire national qu’il m’a confiées. Je l’ai toujours considéré comme le Grand Maître légitime de la GLNF, régulièrement désigné et
installé. Ma tâche
n’a pas été de tout repos, dans le désordre ambiant et sous les accusations les plus injustifiées. Je l’ai accomplie sans arrière-pensées ni restrictions, parce que c’était mon devoir.

Si j’avais eu l’une de ces ambitions qu’on voit tant fleurir, il aurait été plus simple de rallier l’opposition en temps utile et de faire assaut de promesses démagogiques. Les exemples ne manquent
pas... J’ai préféré aller au bout de mon engagement. Non, je n‘ai jamais rêvé aux fonctions de Grand Maître en me regardant dans la glace, le matin. Mais les circonstances commandent souvent. Elles
ont déjà franchi les limites de la profanation et sont à celles du chaos. Chacun doit prendre ses responsabilités.

La mienne est de me porter candidat pour être élu, pour rassembler ce qui est épars et rendre à la GLNF sa dignité perdue. Une telle perspective ne se conçoit pas dans la compromission et les
arrière-pensées. Si François Stifani avait une chance d’être l’homme de la situation, au soir du 30 mars, je me trouverais toujours à ses côtés.
Mais nous savons tous, hélas, qu’il n’en est rien et que son élection est impossible, tant les rancœurs injustes se sont accumulées sur son nom. Elle ne ferait, au surplus, que prolonger le
désordre.

Ma résolution a été difficile à prendre. Elle est entière. Cette élection, voulue par la justice profane et sa représentante, totalement en marge de nos us et coutumes, est cependant la seule issue
à la crise que nous traversons. Au soir du 30 mars, nous aurons un nouveau Grand Maître. Je ne me déroberai à mon engagement par aucune combinaison. Ce serait indigne de nos traditions
maçonniques.

Je te prie de croire, mon Bien Aimé Frère, à l’expression de mes
sentiments fraternels.

Bertrand-HEYRAUD

Sully 22/03/2012 23:16



Rire. Le Grand Coupeur de tête peut écrire tout ce qu'il voudra. 1) On s'en contrefout. 2) Il n'a aucune chance. Passons à plus sérieux.



suspendu, reconnu et régulier 21/03/2012 19:51

Nous les suspendus, les radiés, nous sommes des reconstructeurs, des résistants à l'oppression. Il ne faut non plus oublier les loges martyrs. L'obersturm führer n'a pas lésiner sur les moyens.

Sully 21/03/2012 20:13



Lui aussi a karcherisé. On se demande où il a été cherché son inspiration !



MATHIUS 21/03/2012 16:34

Une des solutions proactives de fin de crise à la GLNF, serait de déconstituer tous les avocats qui ont un parti pris ou une appartenance maçonnique quelle qu’elle soit, pour prendre des avocats
qui resteraient exclusivement techniques et payés au forfait.
Pour en avoir fait des expériences judiciaires douloureuses en qualité de secrétaire général puis comme président d'une ligue des droits de l'homme, je peux vous, affirmer, mes frères, qu'il est
une erreur, pour une association, de constituer un avocat qui est adhérent de cette dernière pour régler des problèmes de fond en matière associative.
L'adage, "Les cordonniers sont les plus mal chaussés", je l'ai vérifié à mes dépens en matière judiciaire.
Avec des juristes "juge et partie", l'environnement administratif de la GLNF est toxique, et a mortellement atteint l'existence même de l'obédience.

Le frère Alain Juillet, de par sa profession, est parfaitement conscient de l'effet pervers des avocats de la GLNF qui refusent de mettre en conformité l'association qu'est devenue l'obédience avec
la loi républicaine sur les associations à but non lucratif.
Cependant la question qui me chagrine depuis le début de la crise, c'est : pourquoi personne y compris les prétendants au siège suprême n'a pas déposé plainte contre x auprès de monsieur le
procureur de la république pour abus de confiance ou autre délit ? Puisque factuellement, il est démontrable que la GLNF n'a pas été gérée en bon père de famille comme la loi l'impose.
De plus, Il me semble que le 30 juin l'assemblée générale des adhérents à jour de leurs cotisations voteront pour l'élection du président de la GLNF alias le Grand Maître, mais pourquoi que
l'élection du trésorier n'est pas prévue ? Pourtant la loi l'impose.
Bref, ces questions de fond qui restent des non-dits scandaleux, alors que trouver des réponses judiciaires à ces secrets dans le secret, sont incontournables pour trouver des solutions de sortie
de crise de la GLNF, me fait dire que les prétendant à la grande maîtrise ne sont pas franchement très claire, ou alors d'une naïveté qui va faire d'eux de futurs coupables parfaits en matière
judiciaire.
Encore une fois je m'interroge sur le jeu de pompier pyromane du frère Alain Juillet qui est parfaitement conscient des problèmes délictuels de la GLNF.

Sully 21/03/2012 20:12



Supposes tu que les autres en sont moins conscients ? Sinon ce sont aussi des questions que je me pose, d'où ma vigilence lorsqu'il s'agit de
rebâtir.



Padage 21/03/2012 15:09

Cher Sully,
nous voilà donc à cette croisée des chemins que nous avions vu poindre depuis un certain temps. J'ai eu, et ce depuis longtemps, un sentiment identique à celui qui découvre que ses parents ne sont
pas ses vrais parents. Ce que nous vivons depuis un certain temps, ressemble étrangement à nombre de nos légendes et thèmes maçonniques, mais en accéléré. J'avoue que cela prendrait un certain
temps d'illustrer tout cela, mais nos F :. en leurs D&Q pourront aisément le vérifier. Maintenant pour reprendre un très vieux proverbe de marine : la caque sent toujours le hareng.
S'il faut reconstruire, eh bien reconstruisons !!! il semblerait que nous savons élever des T. à la V. et donc que nous serions des bâtisseurs, alors reconstruisons, exerçons nos qualités
M :. en étant vigilant sur la qualité des plans tracés !!!

3B ainsi qu'à tous mes F :. Bâtisseurs

Sully 21/03/2012 20:09



Triste pour la GLNF mais comme je l'ai déjà écrit l'acharnement thérapeutique a ses limites. Et rien ne prouve que le Stif ne va pas refaire
surface...