Parole ou Paroles ?

Publié le par Sully

« Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu ».

 

Notre Frère Emmanuel nous remémore dans son dernier article le contenu des discussions qu’il avait eues avec François Stifani entre décembre 2010 et février 2011. Discussions aux cours desquelles Stifani avait pris des engagements devant notre Frère et qu’il avait terminées par « « Emmanuel, tu ne prendras jamais ma parole en défaut ! ».

 

Une occasion de s’interroger sur « le lien qui nous unit » et que François Stifani ressasse à loisirs dans ses écrits destinés à ses « Bien Aimés Frères » de la GLNF.

Ce lien commence par un choix que chaque Frère fait de son plein gré en affirmant à un autre Frère « Je te reconnais comme tel ». Ainsi naît et se construit notre Fraternité.

Cette Fraternité repose sur de nombreux éléments, et notamment sur un partage d’un certains nombre de valeurs morales et sur le respect des lois de notre République. Mais elle repose en premier lieu sur la confiance et le respect que les Frères s’accordent mutuellement et éprouvent les uns vis à vis des autres.

Et c’est cette confiance là que François Stifani et les « dignitaires » qui l’entourent ont définitivement brisée, démontrant à loisir tout le dédain qu'ils éprouvent pour ceux-là même qu'ils appelent leurs Frères.

 

Au commencement était la parole. A la fin de l’ère stifanienne il ne reste que des paroles. Pas la parole qu’évoquait St Jean dans le prologue de son Evangile, mais celles de Dalida. Celles qui s’envolent. Paroles, paroles…

 

On a les valeurs que l’ont veut bien se donner et que l'on choisit librement d'assumer, et l’on perd son honneur quand on le décide. Il n’y a pas de hasard, pas plus qu’il n’y a de complot.

 

La Maçonnerie est et restera une exigence, sinon elle n'est rien.

 

Fraternellement,

Commenter cet article

Alfred de Talebonjour 22/05/2012 10:46

Le message de notre frère Féraud m'intrigue.
La GLTMF a-t-elle des patentes ou des reconnaissances ? des patentes, des tas d'obédiences non reconnues en ont, y compris en provenance d'obédiences régulières mais qui datent d'un passé
révolu.
Notre frère pourrait-il nous en dire un peu plus ?
Merci d'avance,
Alfred

Sully 23/05/2012 11:08



La question est posée.



Jean-Claude FERAUD 21/05/2012 16:58

Lassé par les arguties trompeuses échangées par les tenants et opposants de la GLNF ou de la GLAMF, mais décidé à tourner la page de la GLNF après plus de 30 ans de maçonnerie, j’étudie très
sérieusement mon départ vers la Grande Loge Traditionnelle et Moderne de France qui a le mérite d’exister dans la régularité depuis plus de dix ans et n’est donc pas soumise aux soubresauts que
subit la GLAMF née d’une division et portant sur ses fonds baptismaux les séquelles des luttes intestines qui l’ont engendrée. .
Un peu d’histoire. Le 4 décembre 2000, Bernard MEROLLI démissionnait de la GLNF. Il avait été mon parrain à la GLNF avant de devenir mon V.M. Il s’effaçait ainsi avec dignité après avoir été durant
neuf ans un G.M provincial hautement respecté. Il était victimes des basses manœuvres de la quadrature du cercle vicieux formé d’Yves TRESTOURNEL, Claude CHARBONNIAUD, Jean-Charles FOELLNER et
François STIFANI. Ils avaient décelé en lui un T.R.G.M. potentiel de la GLNF qu’il fallait abattre au plus vite par tous les moyens. Le TRF Pierre MARION, Grand Porte Glaive et patron dans le monde
profane de la DGSE, s’insurgea publiquement contre cette ignominie. Bernard ne demanda rien à personne mais, révoltés par le traitement qui lui avait été infligé, plus de soixante-dix FF décidèrent
spontanément de quitter la GLNF. C’est ainsi qu’ils fondèrent cette nouvelle Obédience dont Bernard MEROLLI n’accepta jamais d’être le T.R.G.M. Cette réserve prouve la modestie de ses ambitions
personnelles ce qui tranche singulièrement avec, au sein de la GLNF, les appétits de certains pour des hochets brillants offrant une satisfaction étriquée à leurs ambitions mesquines
potentiellement compensatrices de frustrations subies dans le monde profane.
Depuis sa fondation, cette Obédience a doucement prospéré et s’est développée sans rechercher à faire du chiffre. C’est ainsi que récemment des LL entières de la GLNF ont sollicité leur adhésion
mais se sont vu rétorquer que seules des adhésions individuelles pourraient être prises en considération après un examen préalable au cas par cas.
En dépit de cette rigueur, la GLTNF, qui possède officiellement les « Patentes » issues de Grandes Loges étrangères lui octroyant ainsi reconnaissance et régularité au plus haut niveau, s’est, au
travers d’une confédération, progressivement étendue à l’Espagne, la Grèce, l’Italie, le Portugal, la Serbie, la Bulgarie et au Maroc alors qu’à l’extérieur de la France métropolitaine elle compte
des loges en Corse, en Guadeloupe, en Martinique, à la Réunion et même en Thaïlande.
En son sein divers rites sont pratiqués (le REAA, le Rite Français, le RER, Emulation et York) mais elle n'a pas été constituée en partant des Rites et accordant ainsi une préséance aux Hauts
Grades Elle a tenu au contraire à assurer au niveau de ses instances une double représentation, à la fois rituélique et géographique. Ainsi se trouve éliminé le terreau nauséabond du clanisme ou du
copinage. Au surplus elle n’a pas voulu succomber au slogan racoleur mettant en avance la liberté des loges. Certes, à premier abord la notion d’un maçon libre dans une loge libre parait en
harmonie avec nos coutumes. Mais une obédience peut-elle exister sans cohérence et cohésion ? Et puis, sachons tirer les conclusions de la dérive stifanienne que nous venons de subir : quelle
serait la situation si quelques LL se trouvaient dirigées par ses émules ?
Au sein de la GLTMF, existe une constante recherche de la sagesse par une ouverture d’esprit qui associe les richesses des antiques traditions aux bienfaits des apports de l’homme moderne. Sous
l’égide du G.A.D.L.U. elle ne prétend pas détenir la vérité et se borne à mettre en garde contre l’erreur et propose à chacun un profond changement de vie par la pratique de l’Amour, de la Charité
et du Perfectionnement de soi-même. Le véritable idéal de fraternité qui y est de mise est débarrassé des intérêts matérialistes mesquins et des ambitions mesquines pour des mirages de pouvoir qui
ont tellement nui à la GLNF. Mon fils et moi avons participé en janvier dernier aux travaux de l’une de leurs RR LL en Thaïlande. Nous avons été séduits par la chaude ambiance de fraternité qui y
régnait et la rigueur du rituel pratiqué.
Tel est le témoignage que je propose à votre sagacité, non par souci de propagande mais par volonté d’information.
J’ai dit !
Jean-Claude Féraud #26870 (Initiateur et Premier VM de CREDO 770)
Jean-Claude

Sully 21/05/2012 19:03



Mon TCF. Je comprends et respecte ton choix. Permets moi toutefois de te rappeler que tu as déjà posté le même message sur ce blog il y a quelques semaines.
Peut-être cette répétition est-elle le fruit d'une inadvertence de ta part. Souhaitons que ce ne soit pas le résultat d'une action de publicité volontaire.



Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour 20/05/2012 18:48

Heu....Si cela ne vous ennuie pas d'avoir à votre table un Frère qui mange Kasher, je me joindrais volontiers à vous!
;-)
Avec toute mon affection fraternelle à vous tous...

Sully 21/05/2012 19:00



Ce sera une grande joie pour nous.


3B mon Frère



le Françoué miasmatique 19/05/2012 13:04

Bonjour,
Euh ...!!! M'oubliez pas pour le diner .....!!!
Tribiz
Le Françoué

Sully 20/05/2012 10:18



Pas de souci, t'inquiète.



l'ancien 13011 19/05/2012 11:47

Serge on se fait un petit dîner quand? 3b Claude Galinier

Sully 20/05/2012 10:19



Décidemment mes Frères vous avez tous faim ? De pureté, de transparence, de sincérité, ...