Point de vue

Publié le par Sully

Mes Frères,

 

Nous portons ci-dessous à votre attention les réflexions qu'un Frère nous a adressées par mail il y a quelques temps déjà.

Preuve s'il le fallait qu'il y a beaucoup de questions à se poser à l'occasion de la crise que traverse notre obédience, et que de larges débats devront un jour ou l'autre avoir lieu.

Cela peut certes sembler très loin des circonvolutions juridiques qui occupent notre présent, comme des difficultés matérielles que rencontrent des loges pour trouver un Temple. Ou, comme le dit ce Frère, ce sont des "questions incontournables" si l'on veut "refonder". Un peu de réflexion de fond n'a jamais fait mal à personne.

 

Fraternellement,


Très Chers Frères,


En fonction des évènements actuels je me résous à écrire cette analyse et je remercie FMR de bien vouloir le mettre en ligne sur son site.
La situation est parfaitement résumée par le vénérable maître de Brie-Champagne que vous pouvez lire aux moyens des liens indiqués dans l’article « Veillée d’armes » du 31 août 2011.
Je souhaite ici revenir quelques années en arrière d’une part et d’autre part attirer votre attention sur des questions fondamentales qui, visiblement, restent absentes du débat.
Brève rétrospective :
La modification des Statuts de la GLNF de 1997, modification évoquée dans le courrier du VM de Brie-Champagne, à des causes plus anciennes. L’analyse de ces causes nécessitera la rédaction d’un ouvrage afin de ne rien omettre et de travailleur au fond du sujet. Ces causes furent visibles aux consciences de Frères très qualifiés qui, dans les années 1990 -1996 démissionnèrent en toute liberté. Ils le firent après de patients efforts d’explications et d’implication personnelle.
Je pense par exemple ici au Prince Alexandre de Yougoslavie, cousin du duc de Kent Grand Maître de la GLUA, assistant du Grand Maître de la GLNF. A Frédérick Tristan, Grand Orateur, Rédacteur en chef des Cahiers de Villard de Honnecourt depuis les origines. A Pierre, Marion, ancien patron du service secret français, ainsi qu’un grand nombre de Frères intellectuels, chercheurs, universitaires, artistes… J’ai connu ces frères, j’ai été avec eux dans l’exercice d’un engagement sincère, loyal au service d’une certaine idée de la spiritualité et de l’initiation dans ces temps d’airain.
Les départs s’expliquaient alors par trois principales raisons:
1. Ne pas vouloir un instant couvrir des « affaires » et scandales.
2. Ne pas cautionner un « bidouillage » des statuts dont la seule et unique fin était de couper les loges de l’Ordre spirituel, en créant un ordre factice, institutionnel à travers une obédience. L’objectif étant là de maitriser un effectif au nombre exponentiel avec ses cotisations et satelliser les Juridictions en les affaiblissant au maximum. En 2001 l’affaire a été consommée pour le Régime Ecossais Rectifié, Rite à l’origine de la GLNF en 1913, par l’éviction du Grand Prieuré des Gaulles. Le SCPLF fût aussi d’une autre manière dans la tourmente etc.
Le Grand Maître en 1996 me disant en tête-à-tête à la fin de repas « Je ne serais jamais le larbin des Juridictions, le chef c’est moi. »
3. L’absence d’une totale réflexion au sujet de l’incomplétude du 3ème degré, soit le sujet majeur sur le seul plan qui vaille : l’initiation. Cette réflexion devait conduire aux origines historiques connues des Rites sous leurs formes « britanniques » des années 1717-1760 et des informations tirées des Rites effectivement opératifs insulaires et continentaux.

Réflexion sur l’avenir

A partir du constat effectué en ce début septembre quel avenir ? (Lettre de synthèse du Vénérable de Brie-Champagne)
Imaginons la mise en œuvre du scénario le plus positif soit :
« La Cour infime la validité de l’Assemblée Générale et souligne la non séparation des fonctions … »

Est-ce pour autant que les choses seraient réglées ? Je crois que non.
Ne nombreuses questions, dont certaines sont des quasi tabous à la GLNF et en Franc-maçonnerie, restent en filagramme. Ne pas les affronter est une hypothèque certaine sur l’avenir.

- Quels sont les critères de la régularité maçonnique ?
Sachant que ce concept est une « fabrication » politique au sens premier de l’Angleterre maçonnique de la fin du XVIII°S avec un achèvement conceptuel au milieu du XIX°S. Que cette notion fût et est très variable selon les intérêts d’abord de l’Empire puis de l’U.K contemporain. Que cette notion de recouvre en aucun cas le fait de devoir conférer à une obédience une plénitude sur la base des 3 degrés symboliques, par les Rites nordiques qui s’articulent autour de 8 à 10 degrés sont considérés comme parfaitement régulier par la GLUA.

- Une loge possède-t-elle la plénitude de l’initiation ?
Nous savons que cette notion de plénitude est une fiction dans le cadre des Rites continentaux. Ceci nécessiterait un long et précis développement sur l’origine des textes lors de la fondation de la franc-maçonnerie au début du XVIII° s en Angleterre à partir d’éléments opératifs incomplets aux origines chrétiennes et catholiques. Par ailleurs selon le Rite la qualification de l’initié-initiant (le vénérable maître) est acquise à partir d’un minimum de progression. Les statuts des Rites sont précis et sages. Par exemple il conviendrait que tout V.M. au REAA soit pour le moins 14ème et de préférence 18ème. Qu’au R.E.R cette fonction soit confiée à un frère qui a un bon approfondissement du degré de M.X. Le Rite Français devrait faire appel aux frères du IVème Ordre, etc.

- Qu’est-ce qui fonde la légitimité d’un vénérable maître en loge ?
Cette question renvoie à la présente et recouvre le sujet de la transmission au sein du Rite, mais aussi des entre les rites.

- Doit-on rester sur une unique base vétérotestamentaire aux limites intérieures des « tangentes du cercle » ?
Nous savons que la déchristianisation des Rites et des rituels a été voulue en Angleterre pour en autre, satisfaire les exigences de relations au sein d’un Empire qui regroupait un quart à un tiers de l’humanité. Ceci est peut-être la question la plus importante de toute. Sa réponse conditionnera les rapports entre la société des futures années et la franc-maçonnerie. Selon la réponse donnée elle fait sens aux sujets des questions précédentes.

- Quelles attitude doit recouvrir de la Franc-maçonnerie initiatique, fondée sur une théologie et une métaphasique judéo-chrétienne, face au n’nihilisme et à la déconstruction anthropologique à l’œuvre en ces temps présents ?

- Quelle vision de l’homme propose-t-elle aux forces de la déconstruction anthropologique qui succède aux précédentes déconstructions dès années 1050 à 80 ?

- Quel destin et dessins de l’homme suggère-t-elle dans ce contexte sans précédant ?

- Enfin que sont ces réflexions et le sens de l’action des Frères qui travaillent au nom et à la gloire du G.A.D.L’U dans un monde où règnent des forces de destruction de civilisation, de l’environnement œuvres du Grand Architecte ?

En l’absence d’une volonté collective et cohérente d’intégrer ces sujets dans une démarche de refondation, sans une volonté de recouvrir comme à une époque assez proche à Paris, la présence dans les loges de Frères cultivés et désireux de travailler réellement, les vicissitudes actuelles prendront un autre visage. La Franc-maçonnerie n’intéressa plus les jeunes générations, elle viendra se dissoudre dans la totale confusion de systèmes contre-initiatiques ou de pacotilles.

Recevez mes Chers Frères l’expression de mes fraternels encouragements.
Ermenegildo

Commenter cet article

Nemo82 20/10/2011 23:42


Merci Emenegildo ,( même si en FM on ne remercie pas) pour ce rafraichissement spirituel au milieu de tout le temporel qui nous submerge, et étouffe nos coeurs et nos méninges . On devient expert
en machiavelisme a fréquenter les arcanes GLxFesque . Je ne crois pas que ce soit meilleure la route pour approcher l' étoile .
Je partage ton point de vue de s' opposer au millénarisme . Si sully accepte de communiquer les adresses mail je souhaiterai que tu me contactes pour reprendre le bon travail . Nemo82


Sully 20/10/2011 23:54



J'assure le lien mes Frères. 3B à vous deux.



NEMO 20/10/2011 17:35


Mon Frère Sully,
L'ignoble guénonien réactionnaire que je suis ne peux que s'insurger contre "ce point de vue", je renifle de l'analyse "contre-initiatique" psycho-socio-structuraliste.
Remmettre en cause la sacralité de la Loge et la "qualité initiante" du VM, voilà bien des lubies de post-soixante huitard.
A l'initiation nous recevons tous la "barraka" dont l'ordre est dépositaire, cet influent spirituel nous "marque" , nous sommes alors en capacité de gravir l' escalier tournant des "états multiples
de l'être". Nos qualifications spirituelles personnelles et notre travail maçonnique nous permettent ensuite de passer d'une "virtualité" à une "effectivité" initiatique.
UN POINT C EST TOUT !!!

Le reste c'est du baratin freudo-marxiste !


Sully 20/10/2011 21:41



J'ai moi aussi du mal avec ce genre de texte, mais tant qu'à faire de penser à la refondation laissons les FF s'exprimer, même si c'est parfois "décalé".