Ratification acquise

Publié le par Sully

Mes Frères,

 

La ratification du candidat Grand Maître à été votée ce matin en Assemblée Générale par un score qui ne laisse point de place au doute : 92,3% d'approbation (Lire L'Express). Il serait déplacé dans ces conditions de crier au scandale d'éventuelles manipulations sur le nombre de loges ayant pris part au vote, et il est désormais peu probable que des recours soient intentés en justice.

 

Voici donc un châpitre qui se clôture, et les conditions semblent réunies pour que la GLNF retrouve son calme et la sérennité dans ses travaux. Je ne peux que m'en réjouir pour les Frères qui espèrent en son renouveau une fois François Stifani écarté de la Grande Maîtrise.

 

Le temps nous permettra de savoir de quel renouveau il s'agira. Quid de la transparence des comptes qui fut réclamée par tant de Frères, quid de l'avenir maçonnique de ceux dont la conduite fut insoutenable au vu de l'éthique maçonnique et qui ont honteusement radié, suspendu des Frères et retiré des chartes de loges ? Quid de ceux qui ont conçu et soutenu l'initiative de rompre les relations avec la GLUA ?

 

La restauration morale de la GLNF sera une entreprise particulièrement longue et difficile. La FM française et universelle vont désormais avoir les yeux rivés sur les actions du nouveau Grand Maître. Ce sont elles qui permettront aux Frères restés à la GLNF de savoir s'ils ont eu raison de signer un chèque en blanc à Jean-Pierre Servel, ou s'ils ont inutilement sacrifié leurs idéaux maçonniques pour prolonger encore la vie d'une vieille dame définitivement métastasée.

 

Je leur souhaite de tout coeur que ce soit la première hypothèse qui prévale.

 

Fraternellement,

Commenter cet article

NEMO 04/12/2012 14:22

Maintenant que le clan stifanien est en pleine déroute, ne vas tu pas , mon Frère Sully, reconsidérer ton départ ?

JPS ce n''est sans doute pas la panacée, mais il a quelques velléités de changement, et surtout il a mis KO le poids "plume".

Je le vois autour de moi, les stifaniens sont en pleine déroute, les plus lâches tentent de retourner leur veste, les plus lucides rasent les murs, planquent leurs quolifichets dorés et se font
tout tout petit dans les quelques loges refuges où ils se cachent.

Ambiance collabos en cavale !

Sully 04/12/2012 16:55



Non mon TCF Nemo je ne reviendrai pas en arrière sur ma décision. Je ne crois aucunement à une soudaine métamorphose morale de la GLNF, et n'ai aucune nevie de
savoir qu'il y a dans mon obédience des gens dont j'ai pu voir le compotement particulièrement sinistre. Ma voie est désormais ailleurs, ce qui ne m'empêche pas de te souhaiter à toi et à tous
ceux qui ont décidé de rester de pursuivre un cheminement maçonnique riche et serein.



TONTON BERETTA DE LA BUTTE 02/12/2012 16:53

Bonjour Mon Frere :-)
L'Histoire continue.. Aujourd'hui nous ne sommes qu'au 3em degré...
Tribiz

Sully 02/12/2012 19:04



C'est déjà mieux que le 36ème sous-sol ! Je t'embrasse mon Frère Tonton.



Philippe Christian 01/12/2012 21:31

Mon cher Sully,

Chacun a effectivement choisi sa route et nous pouvons nous réjouir de voir un nouveau GM ratifié et installé à la tête de la GLNF.

Est ce que cela sera suffisant pour que les changements soient effectivement faits ?

Quoiqu'il en soit, le rubicon a été franchi depuis belle lurette et il semble impossible de réconcilier tous les Frères exclus ou partis de la GLNF au cours de cette dernière année, et nous placer
sur les colonnes avec ceux qui sont à l'origine de notre départ ou de notre exclusion.

Alors, la solution et il en existe une, dans le cadre de la recomposition du PMF à savoir de voir un certain nombre d'obédiences françaises former une confédération de Grandes Loges qui pourront
répondre aux critères exigés par l'international. La GLNF pourra t'elle rejoindre cette confédération le cas échéant quand ils auront réglé tous leurs problèmes et procéder aux changements
nécessaires.

Est ce une utopie ou peut être une réalité ?

L'avenir prochain va nous le dire !

Car il y a une autre réalité qui m'a souvent été raportée qui est que les frères de la "base" pour une grande majorité, ne souhaitent en aucun cas rompre avec ceux qui sont partis ailleurs.

Le problème essentiel fut un problème de gros tabliers bleus et non pas les Frères qui travaillent dans leurs loges respectives.

Tant de Loges éclatées, tant de vocations et d'inspirations détruites, tant de plaies encore ouvertes.
Tout cela, il est temps de se pardonner les uns et les autres tout en continuant à travailler dans les voies que nous avons décidées de prendre en espérant qu'elles se rejoindront sur le niveau de
l'égalité et de partager tous ensemble en Frères.

Bien fraternellement

Sully 01/12/2012 21:49



La réconciliation n'est d'abord pas un objectif en soi me semble-t-il. Ensuite, pour qu'une réconciliation puisse se produire, encore faut-il que chacune des
parties se livre à une sorte de voyage introspectif pour faire le bilan des actes justes et des erreurs. Il ne me semble pas que la GLNF se dirige vers cette voie. Mais nous verrons
bien.



Brutus 01/12/2012 20:32

[DERNIERE MINUTE : Par courriel adressé à ses proches à 18h ce soir Jean Murat annonce sa démission de la GLNF et son repli à Londres] Je sais Sully tu t'en fiche !

Sully 01/12/2012 21:52



Non je ne m'en fiche pas. C'est au moins une maque d'honneur de sa part. Par contre merci pour tous les Frères qui lui ont fait confiance. En termes militaires
on appelle cela laisser les fantassins en rase campagne. En particulier tous ceux qui prétendaient pouvoir faire entendre la voix de JM dans l'obédience de Servel. Qu'en dira le Mysosotis
Dauphiné ?



Brutus 01/12/2012 19:09

Une révolution s'est accomplie... au sens physique du terme.
 
La Glnf aura opéré un tour complet sur elle même.
 
Plus d'un tiers des Loges à payé pour participer au vote et plébisciter Jean-Pierre Servel (qui a prononcé un discours d'une indiscutable qualité)

Tout est redevenu comme avant l'ère Stifanienne, sauf la reconnaissance perdue en même temps que 23000 Frères (et ~4000000€ de frais de justice au sens large)

Mais la maladie n'est pas éradiquée. 
 
Alors opiniâtrement, comme observateur d’un changement qui n’aura vraisemblablement pas lieu, le NiNi posera toujours les cinq mêmes questions :
 
1-Stifani, Mahout, Zecchini, Dulac, Cudjoe et Baloup sont-ils radiés ? cela nous est promis - bonne surprise ! - nous verrons.
 
2-Le Grand Livre des comptes est-il publié ?
 
3-Les Associations parasites sont-elles dissoutes ?
  
4-L'étranger reconnaît-il la GLNF ?
 
5-Les Frères sont-ils souverains pour désigner leur Grand Maître ?

Si contre toute attente le nouveau Grand Maître réalisait cela nous serions les premiers à le reconnaître pour l'en féliciter... sans restriction mentale d'aucune sorte.

Le NiNi.


PS : Pendant ce temps d'autres Obédiences oeuvrent discrètement pour obtenir rapidement leur reconnaissance internationale.

Voici le texte d'une lettre du Grand-Maître de la GLDF du 28 novembre 2012:

« Vénérables Maîtres, Mes Très Chers Frères,

Mes Très Chers Frères Députés,

Conformément à la déclaration du Conseil Fédéral du 13 juin 2012, approuvée par le Convent, nous avons procédé à des rencontres bilatérales avec d’autres obédiences soit historiques soit de
création récente, toutes susceptibles d’œuvrer sur ce chantier. Il s’agit de la concrétisation de la déclaration de Bâle du 10 juin 2012 des cinq Grandes Loges Européennes rompant leurs relations
avec la GLNF et nous proposant d’assumer un rôle majeur dans la recomposition du paysage maçonnique en France.

Durant le mois d’octobre, nous avons reçu les Grands Maîtres et les représentants de la Grande Loge Traditionnelle Symbolique Opéra (GLTSO), de la Loge Nationale Française (LNF), de la Grande Loge
de l’Alliance Maçonnique Française (GLAMF) et de la Grande Loge Indépendante de France (GLIF), les deux dernières étant de récentes émanations de la GLNF.

Ces entretiens ont porté sur le cadre général des relations établies avec les cinq Grandes Loges Européennes et sur leurs perspectives d’évolution.

Ce cadre porte notamment

-          sur le respect de l’autonomie des Grandes Loges existantes

-          sur le respect et l’indépendance des rites pratiqués

-          sur l’exigence d’une pratique maçonnique s’inscrivant dans la Tradition et la Régularité.

S’agissant du Rite Écossais Ancien et Accepté, cette pratique se doit d’être en conformité avec les sept principes dénommés landmarks.

Concernant les autres Rites, les critères, même s’ils sont naturellement différents, se doivent de respecter les principes de la Franc-Maçonnerie universelle, à savoir l’invocation du Grand
Architecte de l’Univers, la présence sur l’Autel des Serments des Trois Grandes Lumières, l’Equerre, le Compas et le Volume de la Loi Sacrée qu’est la Bible par référence à la Tradition, et la non
mixité des travaux initiatiques.

Nos entretiens nous ont permis de constater que ce cadre général correspondait à la pratique de ces obédiences.

Quant aux modalités d’une recomposition du paysage maçonnique en France, nous leur avons exposé quelles étaient les voies explorées avec nos partenaires européens.

Parmi les orientations possibles, celle d’une structure associative de type confédérale semble devoir être privilégiée avec pour exigence le respect des spécificités et de l’autonomie de ses
membres.

Dans la perspective d’une réflexion commune, il nous revient désormais d’en élaborer le projet et de le présenter aux obédiences que nous avons reçues.

La qualité et la régularité de nos travaux, double réalité affirmée par les cinq Grandes Loges Européennes dans le cadre de la Déclaration de Bâle, sont une incitation à recevoir fraternellement
nos Frères en provenance de quelque obédience que ce soit, pour autant qu’ils veuillent travailler selon la Tradition et la régularité de notre Rite, et surtout pour autant que vous les
reconnaissiez pour tels, car là est le critère essentiel depuis les premiers rituels de la Franc-maçonnerie naissante.

Dès maintenant, il est nécessaire d’apprendre à nous connaître car c’est dans le creuset des Loges que la fraternité initiatique se développe : il va de soi que, pour nous, cette ouverture
doit s’inscrire dans la réciprocité, condition nécessaire à un aboutissement harmonieux des dialogues que nous venons d’engager.

Nous vous prions de croire, Vénérables Maîtres, mes Très Chers Frères, mes Très Chers  Frères Députés, en l’expression de nos sentiments chaleureux et fraternels.

Marc HENRY